Trinh-Duc, Fofana, Camara : mais pourquoi ?

  • Trinh-Duc, Fofana, Camara : mais pourquoi ?
    Trinh-Duc, Fofana, Camara : mais pourquoi ?
Publié le

 En Ecosse, le XV de France présentera un visage différent de celui qu'il afficha lors de ses trois précédentes sorties. Voici pourquoi...

Fatalement, le XV de France n'est pas sorti indemne de son dernier revers à Cardiff (19 à 10) et, par rapport à l'équipe s'étant inclinée dans la principauté galloise, Guy Novès et son staff ont procédé à six changements avant d'affronter l'Ecosse, dimanche à Murrayfield. Les plus marquants ? On s'attardera d'abord sur le retour au premier plan de François Trinh-Duc, si souvent snobé par le précédent sélectionneur, Philippe Saint-André. Auteur d'une entrée en jeu probante à Cardiff, le surdoué du rugby français (51 sélections) revient donc dans le 15 majeur tricolore, au détriment de Jules Plisson. A ce sujet, Novès expliquait hier à Edimbourg : « Déjà, ce choix ne signifie pas que Jules (Plisson) est désormais à des kilomètres. Par ailleurs, il y a toujours une grosse attente autour des titularisations de François Trinh-Duc. Lui a pourtant souvent fait des va et vien en équipe de France. L'attente qu'il nourrit invariablement n'est pas le meilleur moyen de jouer libéré ». Dès lors, l'ancien manager toulousain a promis à l'ouvreur montpelliérain qu'une contre peformance en Ecosse ne lui enlèverait le moindre crédit aux yeux du staff des Bleus. « Cette fois-ci, poursuit Novès, on va donc rester calme. On n'attendra pas des choses extraordinaires de François (Trinh-Duc, N.D.L.R.) ». Au-delà du surdoué du rugby français, on s'attardera aussi sur le retour de blessure de Wesley Fofana. Déplacé à l'aile, un poste qu'il n'a jamais beaucoup apprécié, l'attaquant clermontois aura la mission de dynamiser l'attaque tricolore, en mal de casseurs de plaquages depuis le début du Tournoi des 6 Nations. A ce sujet, rappelons que Fofana avait transpercé à six reprises le rideau défensif des All Blacks lors de la dernière coupe du Monde...

Le péril écossais 

Au sein de la quatrième équipe de France de l'ère Novès, Scott Spedding revient lui-aussi aux affaires : considéré comme plus robuste que Maxime Médard sous les ballons hauts, secteur déficient au cours des précédentes rencontres, le Clermontois a surtout été rappelé pour piquer l'orgueil de l'arrière toulousain, plutôt nonchalant lors de ses trois dernières sorties en bleu. Sans être génial, on ne peut en effet reprocher à Spedding de manquer de détermination, de fougue et de volonté. « Ce groupe a besoin d'émulation, concède Novès. Nous sommes encore dans une phase d'expérimentation et tous les joueurs appelés doivent se sentir importants à nos yeux. Nous cherchons, nous avançons mais nous n'avons pas de baguette magique : ceux qui croient que nous transformerons nos joueurs en pumas argentins en trois matchs sont stupides. Et je pèse mes mots ». Impossible, enfin, de ne pas s'étonner du retour dans le 15 de départ de Yacouba Camara. Plutôt discret depuis le début de la compétition, le flanker toulousain est préféré à Bernard Le Roux (Racing 92) et Loann Goujon en troisième ligne. Dans quel but, vous dites ? L'association de deux très bons passeurs au centre du terrain (Maxime Mermoz et Gaël Fickou) devrait permettre aux Tricolores de gagner plus facilement les extérieurs, là où ne les attendent pas forcément les défenseurs écossais. Dans ce but, le XV de France aura besoin d'une troisième ligne de coureurs dont Yacouba Camara est la plus belle incarnation. « Il faut nous attendre à un énorme défi, conclut Novès. Parce qu'on ne place pas l'Ecosse au niveau où elle devrait être. On n'a pas l'impression qu'elle a emporté le pays de Galles en mêlée fermée. On n'a pas l'impression qu'elle aurait du battre l'Australie et jouer les demi-finales du Mondial. Et pourtant... »  ​

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?