Le derby pour le Racing 92

  • Le derby pour le Racing 92
    Le derby pour le Racing 92
Publié le , mis à jour

Le Racing 92 a profité de l’indiscipline du Stade français pour s’adjuger (16-34) un derby pourtant mal engagé. Pour les stadistes, cette quatrième défaite de la saison a domicile laisse augurer une fin de saison sous haute tension. Quant au Racing, l’avenir semble radieux...

Stade français – Racing

Le résumé du match

Dans une rencontre tendue, émaillée de nombreux accrochages, ce sont les Parisiens qui s’étaient pourtant illustrés les premiers. Grâce à un ballon volé en touche par le gigantesque deuxième ligne australien Hugh Pyle, les Stadistes envoyaient leur ailier Waiséa à l’essai (7e). Et après moins de dix minutes de jeu, les champions de France en titre menaient dix à zéro. Mais les débats s’équilibraient. Et le Racing 92 n’allait pas tarder à revenir dans la partie grâce à un essai exceptionnel conclu par Dan Carter (24e). À la pause, le Stade français conservait tout de même un mince avantage grâce à la botte de Morné Steyn (16-13). Le tournant de la rencontre intervenait finalement autour de l’heure de jeu. Sur une série de pénaltouche, le stade français enchaînait les fautes et l’arbitre de la rencontre infligeait coup sur coup deux cartons jaunes à Jono Ross (61e) et Sylvains Nicolas (63e). Et malgré une défense héroïque, les joueurs de Quesada finissaient par craquer. Un essai de Mike Phillips permettait aux joueurs de Travers et Labit de prendre l’avantage pour la première fois (20-16, 66e). À treize contre quinze, c’était alors franchement ardu pour les Stadistes. À douze contre quinze après l’expulsion de Taulafo (67e) pour un plaquage « cathédrale », c’était mission impossible. En suivant, Goosen inscrivait un nouvel essai et signait l’arrêt de mort du Stade français (27-16, 71e). Le dernier essai de Brice Dulin (80e) relevait presque de l’anecdote, mais offrait au Racing 92 un point de bonus offensif inespéré.

Le fait du match

Pour ceux qui rêvaient d’un derby électrique, ils ont été servis. Des altercations en veux-tu, en voilà. Sur chaque zone de collision ou presque, les Racingmen et les Parisiens se sont chamaillés. Sur l’essai de Dan Carter (24e), Geoffrey Doumayrou et Jérémy Sinzelle se sont longuement échangés des amabilités avec Juandre Kruger et François Van der Merwe. Un échange si long que les deux staffs médicaux ont essayé d’intervenir. En vain. On a même vu Ronan O’Gara accourir du haut des tribunes jusque sur le bord du terrain, ce qui a provoqué la colère de l’entraîneur adjoint de Quesada Adrien Buononato, ce dernier intimant à l’Irlandais de remonter en tribune. Un peu plus tard, c’est Julien Brugnault et Hugh Pyle qui en venaient aux mains. Et sur la dernière mêlée avant la fin de la première mi-temps, une nouvelle altercation opposait les deux packs. Ironie de l’histoire, si le Stade français écopait de deux cartons jaunes et un rouge en seconde période, ce n’était que le résultat de faits de jeu.

Le plus bel essai

Somptueux. Magnifique. Exceptionnel. Les qualificatifs ne manquent pas pour raconter l’essai incroyable inscrit par le demi d’ouverture du Racing 92 Dan Carter. Un essai de (presque) cent mètres. Pourtant à l’origine, c’était un temps fort du Stade français dans les 22 mètres du club des Hauts-de-Seine. Mais, à l’issue d’un « turn-over », le Racing entreprenait un contre venu d’ailleurs. Une contre-attaque menée tambour battant et initié notamment par Dulin. Au relais Claassen et Laulala assuraient la conservation du ballon sur l’aile droite avant que le trois-quarts néo-zélandais ne trouve Carter dans l’axe. Une dernière chevauchée du champion du monde tout en résistant au retour de Jonathan Danty pour un essai qui aurait pu être magique, si toutefois la dernière transmission n’était pas entachée d’un en-avant. Une petite faute passée inaperçue pour le trio arbitral, pour la plus grande joie des Racingmen.

L’homme du match

Même le stade Jean-Bouin a applaudi sa sortie. Yannick Nyanga a réalisé une performance de très haut niveau ce samedi face au Stade français. Le flancker racingman, à l’activité débordante s’est non seulement illustré sur l’essai inscrit par Brice Dulin, mais il a surtout montré une appétence exceptionnelle dans le secteur défensif. Toujours prompt sur les soutiens, il a su jouer juste et dans le bon timing.

La fiche technique

Samedi 14h30, stade Jean Bouin

Spectateurs : 18 464 Arbitre : M.Gauzere

Mi-temps : 16-13 Evolution du score

3-0, 10-0, 10-3, 13-3, 13-10, 16-10, 16-13 (MT) ; 16-20, 16-27, 16-34

Stade-Français

15.Camara (22.Bonneval, 71e) ; 14.Waisea, 13.Doumayrou (21.Bosman 71e), 12.Danty, 11.Sinzelle ; 10.Steyn ; 9.Dupuy (20.Tomas 63e) ; 7.Alberts (19.Sio 67e), 8.Ross, 6.Nicolas (23.Oléon 72e) ; 5.Papé (cap) (18.Moestert 71e), 4.Pyle ; 3.Alo-Emile (17.Felsina 66e), 2.Sempéré (16.Bonfils 53e), 1.Taulafo.

Carton jaune/8.Ross (60e), 6.Nicolas (62e).

Carton rouge/1.Taulafo (66e)

Racing 92

15.Dulin ; 14.Rokocoko, 13.Laulala (22.Vulili, 48e), 12.Dumoulin, 11.Imhoff ; 10.Carter (21.Goosen, 51e) ; 9.Phillips (20.Chauveau 66e) ; 7.Barba (19.Masoe, 58e), 8.Claassen, 6.Nyanga (18.Dubarry 76e) ; 5.Van der Merwe, 4.Kruger ; 3.Ducalcon (17.Vartano 66e), 2.Szarzewski (cap) (16.Lacombe 66e) (2.Szarzewski 74e), 1.Brugnault (23.Gomes Sa 66e).

Les points

Stade-Français

1 E Waisea (7e) ; 3P Steyn (2e, 19e, 31e) ; 1T Steyn (7e).

Racing 92

4 E Carter (24e), Phillips (66e), Goosen (70e), Dulin (78e) ; 2P Carter (14e, 34e) ; 3T Carter (24e), Goosen (66e, 70e)

Les Buteurs :

Steyn : 3/3P ; 1/1T

Carter : 2/3P ; 1/1T

Goosen : 2/2T

LES MEILLEURS

Carter, Nyenga, Claassen, Phillips, Laulala, Dulin, Rokocoko ; Ross, Alo-Emile, Doumayrou.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?