Novès harangue ses hommes

  • Novès harangue ses hommes
    Novès harangue ses hommes
Publié le

A quelques heures du coup d'envoi entre la France et l'Ecosse, les joueurs se sont retrouvés à Murrayfield et Guy Novès à expliquer les enjeux de cette rencontre. 

Une heure avant que ne soit donné le coup d'envoi d'Angleterre / Galles, le grand choc de cette quatrième journée du Tournoi des 6 Nations, les Bleus se sont retrouvés à Murrayfield afin de peaufiner les derniers réglages de leur préparation. Ce samedi, aux abords de 15 heures, Guy Novès et ses deux adjoints (Yannick Bru et Jeff Dubois) ont ainsi débarqué dans l'enceinte de 62 000 spectateurs, suivis de près par leurs vingt-cinq joueurs, Bernard Le Roux et Xavie Chiocci se tenant en réserve de la république pour pallier le moindre coup dur. Avant que ne débute la séance, le flanker du Racing 92 avait d'ailleurs du mal à décrocher le regard de son téléphone portable, absorbé qu'il était par le direct live du derby francilien se disputant au même moment.

Après avoir effectué une série de passes et d'étirements, les Bleus se sont alors regroupés sous le très léger crachin d'Edimbourg, autour du sélectionneur national. A cet instant là, Guy Novès a pris la parole pendant 7,42 minutes, expliquant en long en large et en travers les enjeux réels de ce déplacement en Ecosse.

 

Guirado reste méfiant

Pour le XV de France, cette quatrième journée est en effet déterminante, tant les coéquipiers de Guilhem Guirado ont besoin de faire oublier la claque galloise (19 à 10), survenue voici quinze jours à Cardiff. Une victoire en Ecosse et le XV de France serait assuré de terminer la compétition sur le podium. Un succès à Murrayfield et l'on serait alors plus clément vis à vis d'une défaite éventuelle lors du Crunch de clôture, samedi prochain au Stade de France. Une défaite, en revanche, replongerait aussitôt le rugby français dans des abysses de doutes que ne purent vraiment chasser les deux victoires poussives du début de la compétition. « Nous avons tous conscience de l'importance de ce déplacement, nous confiait vendredi Guilhem Guirado. Nous savons aussi que le défi qui nous attend à Edimbourg est immense. Ces dernières années, les Ecossais ont réalisé d'énormes progrès et si nous les laissons enchainer leurs interminables séquences de jeu, nous passerons une sale après-midi... »

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?