Pro D2 22e journée : Ce qu’il ne fallait pas rater

  • Pro D2 22e journée : Ce qu’il ne fallait pas rater
    Pro D2 22e journée : Ce qu’il ne fallait pas rater
Publié le , mis à jour

Quatre matchs de Pro D2 ont pris des tournures pour le moins surprenantes lors de cette 22e journée.

Parmi les huit rencontres de Pro D2 qui ont eu lieu ce week-end, certaines ont véritablement déjoué la chronique.

Mont-de-Marsan - Perpignan : 27-22

Auteurs d’une entame de match tonitruante, les Montois ont affiché un nouveau visage dimanche à Guy-Boniface. Cela faisait longtemps que l’on attendait de revoir ce Stade Montois laissé en finale d’accession, à la seconde place du classement la saison dernière. Les hommes de Christophe Laussucq auraient pu néanmoins espérer mieux que ce score final. Ils n’ont pas réussi à gérer les temps faibles, notamment à quatre minutes de la fin lorsqu’ils offrent le bonus défensif à l’Usap. Même si cette victoire n’est pas à bouder, on ne peut que constater qu’il manque de la constance à cette équipe.

Narbonne - Biarritz : 20-26

En s’imposant à Narbonne les Biarrots ont fait un très grand pas vers le maintien. Ils signent leur quatrième victoire de rang et infligent aux Narbonnais leur seconde défaite à domicile. Alors qu’en début de saison, l’avenir du BO dans le monde professionnel était fortement remis en question, il semblerait que la donne a changé. En effet, depuis quelques mois, tout sourit aux Basques. Les Narbonnais, indisciplinés, se sont heurtés à l’engagement profond de leur adversaire.

Albi - Bourgoin : 17-41

C’est le résultat « choc » du week-end. Les Albigeois traversent certes, une période un peu difficile, mais qui aurait cru que Bourgoin (11e au classement) repartirait après avoir inscrit quarante points au Stadium ? Battus cinq essais à deux, les Tarnais tombent de haut. Les Berjalliens, face à un SCA démobilisé, ont été auteurs d’une symphonie dont le maître d’orchestre fut Jérôme Bosviel. La cause d’un tel revers est encore à élucider.

Bayonne - Provence Rugby : 23-18

Alors que grâce à cette victoire Bayonne s’engage sérieusement vers les demi-finales, Provence peut se féliciter de sa performance. Le premier relégable qui repart de Bayonne avec le bonus défensif, cela n’a rien d’anodin. Néanmoins, les Basques ont pris pour habitude de se faire peur à jean Dauger puisqu’ils ont déjà offert l’unité défensive à Aurillac, Carcassonne, Dax et Colomiers. Peut-être est-il temps de se rassurer (ou de craquer pour de bon) lors de la réception du LOU dans deux semaines. Par Fanny Canals

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?