Déjà en Fédérale 3 !

  • Déjà en Fédérale 3 !
    Déjà en Fédérale 3 !
Publié le , mis à jour

L’isle-sur-la-sorgue : Invaincu depuis le début de saison et maintien en poche, le club vauclusien doit maintenant rester concentré sur les autres objectifs.

Le printemps, et avec lui le ballet des finales régionales puis des phases finales, n’est pas encore arrivé que L’Isle-sur-la-Sorgue a déjà validé son billet pour la Fédérale 3. Dans le championnat Provence-Côte d’Azur, les deux premiers de la poule sont en effet promus à l’échelon supérieur et les Vauclusiens n’ont pas traîné en route. Contre Ajaccio (66-5), dimanche 6 mars, ils ont enchaîné une quatorzième victoire d’affilée depuis le début du championnat, suffisant pour s’assurer mathématiquement d’une des deux premières places et retrouver un niveau quitté en 2008. « Monter était l’objectif depuis trois ans et c’est un petit rêve éveillé, sourit l’entraîneur, Jérôme Jean, qui avait vécu sur le terrain les deux précédentes accessions, en 2003 et 2006. Ne pas y parvenir n’aurait pas été la fin du monde mais le club est prêt. Il bénéficie de nombreux partenaires, de jeunes qui ne sont pas mal. Et si on redescend, on ne tombera pas plus bas qu’en Honneur ! »

Maintenir la dynamique

Troisième la saison dernière derrière La Valette, et recalé en raison d’un nombre de bonus inférieur malgré un bilan victoires-défaites supérieur, L’Isle-sur-la-Sorgue a bénéficié d’un recrutement haut de gamme à l’intersaison. Les relégations de Monteux et Avignon-Le Pontet de Fédérale 2 à Fédérale 3 ont permis de récupérer des joueurs, dont le troisième ligne, David Grilli, qui avait fait ses gammes au club, ou encore Alexandre Chanéac, embauché depuis comme éducateur. « Notre victoire en finale de Provence à la dernière minute sur un essai de quatre-vingts mètres avait aussi marqué les esprits, explique Jérôme Jean. Nous avons axé notre discours sur le plaisir, l’état d’esprit et le jeu. Aucun joueur ne perçoit un fixe, ils sont tous à la prime de match. Et ils ont signé assez tôt. Ils se sont entraînés très vite ensemble. À la reprise officielle de l’entraînement, ils se connaissaient déjà. »

Il reste maintenant à garder la dynamique. Invaincue depuis le début de saison, l’équipe a d’autres objectifs en tête. Jérôme Jean et Maxence Veyrier veulent emmener le groupe encore plus loin. Déjà, il y a le bouclier de champion de Provence à conserver, et qui pourrait être accompagné d’un doublé, l’équipe réserve n’ayant perdu qu’un match ! Il y a aussi les phases finales du championnat de France. L’Isle-sur-la-Sorgue espère aller le plus loin possible … Pour y parvenir, il faut arriver à faire comprendre à un groupe de joueurs relativement jeunes si l’on excepte les « papas » (David Grilli a 35 ans, le pilier, Bruno Morel, 43) qu’être invaincus ne signifie pas être invincibles. « Quand j’ai passé mon BE 2 à Toulouse, j’avais écrit un dossier sur les difficultés d’entraîner mon équipe de cadets qui était alors invaincue, rappelle Jérôme Jean. Pour travailler, il faut mettre en valeur des points négatifs. Là, les joueurs sont tranquilles. Il faut les pousser, les ramener à la réalité. » L’entraîneur espérait ne pas avoir de mauvaises surprises hier au Beausset face à une équipe qui joue la qualification. Cela pourrait toujours lui servir pour atteindre les autres objectifs et faire une belle fête. « Il n’y a pas de montée sur un match sec, nous n’avons pas fait le tour de la ville… » Pas encore ?

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?