Un homme d’affaires exceptionnel

  • Un homme d’affaires exceptionnel
    Un homme d’affaires exceptionnel
Publié le , mis à jour

Le mécène du rugby français vient de nous quitter. En partant de rien, il avait fondé une multinationale spécialisée dans les services informatiques. Une réussite exceptionnelle.

Vu du côté des acteurs majeurs de l’économie française, Serge Kampf était souvent considéré comme un capitaine d’industrie secret et discret. Mais il était aussi respecté comme un  self made man exceptionnel. Son parcours universitaire n’avait rien d’exceptionnel car il n’était titulaire d’une licence en droit et en économie. Il avait échoué dans son désir de rejoindre l’ENA. Mais au milieu des années soixante, il comprit tout de suite que l’informatique deviendrait le moteur de la société future. Après avoir fait ses premières armes chez Bull, il fonda en 1967 dans un deux-pièces cuisine de Grenoble la Sogeti. Il était alors épaulé par trois autres anciens de Bull. Ce fut le début de sa spectaculaire ascension, dans le secteur des services informatiques jusqu’à fonder Capgemini, un groupe côté au CAC 40, leader européen de son secteur et numéro 4 mondial. Au début, il ne faisait que louer les services de divers ingénieurs, puis au fil des années 70, il transforma son entreprise en créatrice de divers progiciels pour assumer les besoins des grands groupes à hauteur de onze milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 140 000 salariés dans le monde. Un exemple : il avait comme client les services fiscaux du gouvernement britannique, ce qui rapportait 900 millions d’euros par an à Capgemini au début des années 2010. Il avait quitté sa société en 2012 en laissant la direction du groupe à Paul Hémelin.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?