« De leur duel, dépendra la bataille du milieu de terrain »

  • « De leur duel, dépendra la bataille du milieu de terrain »
    « De leur duel, dépendra la bataille du milieu de terrain »
Publié le , mis à jour

Choc à l’Altrad Stadium samedi à 14 h 30, entre Montpellier (5e) et le Racing 92, leader du Top14. Une opposition qui verra s’affronter deux numéros 12 de haut niveau. L’Héraultais, François Steyn et le Francilien, Alexandre Dumoulin. Le premier cité, arrivé il y a un mois au MHR, retrouvera pour la première fois son ancien club dont il a porté les couleurs durant trois saisons (2009-2012). Le second affrontera sa future formation, avec laquelle il s’est engagé pour trois années à partir de la saison prochaine. L’ancien manager du Racing 92, Pierre Berbizier (de 2007 à 2012), qui a eu les deux hommes sous ses ordres, décrypte ce duel.

Quel regard portez-vous sur ces deux joueurs ?

J’étais allé chercher à Bourgoin Alexandre Dumoulin. Je l’ai très peu eu dans la mesure où il a eu une période faite de beaucoup de blessures enchainées. Donc il était surtout avec les Espoirs du Racing 92 et n’avait pas encore intégré l’équipe avant mon départ. De ce fait, il n’a pas joué avec François Steyn. Alexandre s’est affirmé un peu plus tard, à l’image de Gaëtan Germain que j’avais aussi fait venir. Ils étaient en pleine formation. Ce qu’il y a de marrant, c’est que ces deux joueurs vont se retrouver face à face au centre samedi. Alors que François jouait chez nous arrière ou centre et voulait évoluer à l’ouverture. Alors qu’à la fin, je commençais à le faire jouer au centre et je souhaitais le garder pour le positionner au centre comme second ouvreur. Même s’il a les qualités pour jouer premier ou second centre, avec un égal bonheur. Voilà un peu le contexte dans lequel j’ai eu ces deux joueurs au Racing.

Si vous deviez comparer leur évolution, quelles sont aujourd’hui leurs forces et leurs faiblesses respectives ?

Je trouve qu’Alexandre Dumoulin a bien évolué, bien progressé, jusqu’à aller au plus haut niveau. Il est maintenant un élément confirmé et je suis ravi pour lui qu’il ait pu passer au-delà des problèmes physiques qu’il a eus à l’époque. Afin d’exprimer tout son potentiel et notamment technique. Et je crois qu’il peut encore aller plus loin en affirmant ce potentiel technique. Il faut qu’il finisse de se libérer pour amener tout ce potentiel et qu’il ne se laisse pas prendre par le seul aspect physique. Il doit préserver son engagement technique au poste de centre. Il en a les qualités. Des qualités de mains et de jeu au pied pour seconder l’ouvreur.

Et au sujet de François Steyn ?

Je suis ravi de le voir évoluer à ce poste-là (centre, N.D.L.R.), car il a toutes les qualités pour s’y exprimer. Dans la mesure où la contrainte de ligne en étant positionné au centre, lui impose une concentration continue. Alors qu’il avait parfois tendance au poste d’arrière à sortir des matchs. En défense en milieu de terrain c’est un monstre. Et je pense que petit à petit, il doit lui aussi se libérer techniquement à ce poste. Dans le système de Jake White, il est là pour bétonner le milieu de terrain. Pour assurer cette pression et cette occupation au milieu de terrain et il le fait très bien. Je l’ai vu à Oyonnax. C’est un peu plus ce travail de l’ombre qu’on ne voit pas beaucoup mais qui est très efficace pour une équipe. Et j’espère qu’il puisse y ajouter cet engagement technique pour jouer les ballons. Il peut le faire. Car en plus d’un pied énorme, il a une longueur de passe impressionnante des deux côtés. Au contact, on peut aussi jouer après lui et il va vite une fois qu’il est lancé. Je pense donc qu’il manque ce dernier élément à intégrer au poste de centre pour François Steyn.

Pensez-vous que le contexte particulier de la rencontre de samedi où Steyn évoluera contre son ancien club et Dumoulin, face à sa future formation, puisse les perturber ?

Je ne pense pas. François Steyn est assez détaché de ça. Et les deux joueurs se sont croisés au Racing, mais n’ont jamais ou pratiquement jamais joué ensemble. Il y a donc la référence qu’ils sont passés au Racing, mais à des niveaux différents. À l’époque, moi je voulais inscrire Steyn comme leader d’attaque au Racing, en le repositionnant notamment au centre de l’attaque. Et construire autour de lui pour l’avenir. Il était d’accord, mais ça n’a pas pu se faire. Ça, c’est autre chose. Mais je pense que François Steyn était l’avenir du Racing. J’aurais investi sur lui à ce poste. Mais la réalité fait qu’on ne réalise pas toujours ce qu’on veut. Ni lui, ni moi.

Quel peut-être l’impact de leur duel sur la rencontre de demain ?

De leur duel, dépendra la bataille du milieu de terrain. Aujourd’hui Montpellier verrouille et contrôle les initiatives offensives adverses au milieu. Ils sont très présents dans cette zone. Du moins lors des matchs que j’ai pu voir. Notamment lors de leurs succès à Toulouse ou Oyonnax. Et François Steyn a été très fort avec Ebersohn. Cette association est très efficace pour bloquer le milieu de terrain. Et cela ne les empêche pas d’être très performants en contre-attaque. Avec un jeu d’occupation et de pression s’appuyant sur le pied de Catrakilis, ils s’occupent eux de limiter les offensives. Et en ensuite, sur tous les ballons de récupération, ils sont capables de faire la différence. De l’autre côté, la capacité ou non de Dumoulin à animer ce milieu de terrain peut mettre en difficulté Montpellier. S’il y a du mouvement en continuité, le MHR peut être gêné. À l’inverse, s’ils imposent leur pression, ils contrôleront parfaitement. Le milieu de terrain du Racing devra donc mettre de l’animation et du mouvement pour espérer bouger ce bloc compact héraultais. Propos recueillis par Julien Louis

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?