Focalisés sur l’objectif

  • Focalisés sur l’objectif
    Focalisés sur l’objectif
Publié le , mis à jour

Magnifiques de courage face à l’ogre nivernais, les Auscitains montent en puissance. Mais pas question pour eux de se griser.

La bataille fait rage et elle ne fait que commencer. Qui de Nevers ou de Auch va gagner la guerre de la poule 3 de Fédérale 1 ? Il est de notoriété publique que l’accession en Pro D2 se jouera sur des détails et que terminer en tête de la poule ouvre le tableau de la phase finale. Pour le moment, les deux équipes ont gagné une bataille, chacune des deux formations l’emportant sur sa pelouse face à sa rivale. Au soir de la quatorzième journée, qui a vu justement Auch disposer de Nevers au Moulias 13 à 3, les Nivernais disposent toujours d’un petit point d’avance au classement, fruit d’un bonus offensif supplémentaire. Pas de quoi inquiéter Roland Pujo, le manager auscitain, qui sait que son équipe n’est pas loin de la vérité : « Nous avions déjà pu nous étalonner face à Nevers lors du match aller dans la Nièvre. Nous avions perdu, mais notre match avait été convaincant. Du coup, nous avions coché la date du match retour pour leur rendre la monnaie de leur pièce. Je suis satisfait du contenu du match. Mes joueurs étaient très concentrés, motivés pour faire un grand match. Nous avons eu des occasions pour que le score soit plus lourd encore. Nous ne sommes pas loin de la vérité, en termes de contenu. » Roland Pujo est certes satisfait mais il sait aussi que le travail ne s’arrête pas là. L’objectif du club est plus que jamais de retourner en Pro D2 : « C’est notre but ultime. Ce sera très difficile mais si nous continuons à afficher un tel état d’esprit, nous pourrions avoir une bonne surprise. Il va surtout falloir gérer au mieux la fin de la compétition, engranger un maximum de points sans se soucier des autres mais en se concentrant sur nous-mêmes. Il peut y avoir des faux pas ici ou là et ce sera à nous d’en profiter. »

Un bilan sain

Le technicien espère peut-être encore obtenir la première place nationale, détenue à l’heure actuelle par Soyaux-Angoulême en poule 1 (avec 62 points). Avec une équipe considérablement rajeunie, composée en grande partie de joueurs issus de la génération espoir championne de France et Crabos vice-championne de France et articulée autour de vieux briscards très expérimentés (Frédéric Medvès, Anthony Lagardère, Brice Salobert, Mickaël Lacroix, Nathan Thierry), le FCAG apprend et progresse lors de chaque sortie. Comptez-sur lui pour ne pas reproduire les petites erreurs de gestion qui lui avaient coûté la montée la saison passée face à Chambéry en quart de finale. « Nous partions dans l’inconnu. Je sens que l’équipe a gagné en maturité… » D’un point de vue budgétaire, le club est sain. L’équipe dirigeante a travaillé dur pour constituer un « fonds de réserve » largement supérieur aux 100 000 euros demandés. L’opération de mécénat participatif « ensemble, la reconquête » fonctionne plutôt bien et le FCAG fait partie des huit équipes retenues par la Fédération pour prétendre à la montée sur critères extra-sportifs. Tous les voyants sont au vert du côté du Moulias. Surtout ne pas gâcher…

David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?