Novès: "Nous avons manqué de patience et de lucidité"

  • Novès: "Nous avons manqué de patience et de lucidité"
    Novès: "Nous avons manqué de patience et de lucidité"
Publié le , mis à jour

Sans ses haituelles lunettes, le sélectionneur a dressé un bilan lucide de cette rencontre, où les Bleus sont tombés sur plus forts, mais aussi de ce premier Tournoi globalement décevant. Avec toutefois un message d'espoir pour la suite: "Je ne sais pas si nous gagnerons systématiquement demain mais nous serons compétitifs".

Qu'a-t-il manqué à votre équipe pour forcer le destin et battre l'Angleterre ?

Je ne sais pas si c'est une histoire de forcer le destin. La première mi-temps correspond à nos ambitions de jeu. Nous avons créé beaucoup de mouvements, ce qui a débouché sur de nombreux franchissements. Six, selon nos statistiques. Mais les six fois, nous avons perdu le ballon. Nous avons montré notre rugby mais nous avons manqué de patience et de lucidité. Ces ballons perdus auraient pu être conservés pour aller plus loin. Je n'ai pas l'impression qu'en première période, nous ayons été outrageusement dominés par cette équipe anglaise. Mais force est de constater que le premier essai vient d'une grosse faute d'inattention de notre part, avec leur 1/2 de mêlée qui s'en est allé seul sous les poteaux dans une période où nous étions bien. Pour le second essai, il y a aussi eu un peu trop de facilité, même si on a pu voir à la vidéo qu'un joueur est en situation d'obstruction. L'équipe anglaise a été portée par cette forme de facilité. En seconde mi-temps, il nous a manqué plus de choses. Tout d'un coup, bizarrement puisque notre touche était exemplaire depuis le début de la compétition, nous sommes devenus très faibles dans ce secteur. Les Anglais nous ont extrêmement perturbés, ils se sont très bien adaptés et ont bougé dans l'alignement. Nous avons aussi été battus dans les zones de rucks où nous avons perdu trop de ballons. Nous avons opposé du courage, ce qui est normal. Une volonté de beaucoup jouer, aussi, ce qui est notre but. (il marque une pause) Nous n'avons pas manqué de courage, c'est certain.

 

Sur l'ensemble du Tournoi, quel bilan faites-vous ?

Chacun aura son explication. Ce que je sais, c'est que nous avons désormais affronté toutes les grandes nations de l'hémisphère nord. Nous avons livré un match courageux face à l'Italie, avec seulement un jour et demi d'entraînement. On réussit à gagner même si nous avons aussi pu voir que l'Italie a explosé, ensuite, dans les autres matchs. Contre l'Irlande, nous avons été courageux et globalement en amélioration. Le secteur de mêlée nous a permis de gagner ce match à la fin, face à une équipe que nous n'avions plus battue depuis de nombreuses années. Au pays de Galles, nous avons été extrêmement dominés dans la conquête en l'air avec huit ballons perdus. Honnêtement, je n'ai pas été impressionné par cette équipe de Galles, qui plus est sur son terrain. Nous perdons mais à la 60e minute, nous pouvons encore gagner. On ne le fait pas, d'accord, mais je ne nous ai pas sentis largués. Puis il y a eu l’Écosse. Contrairement à l'Irlande, c'est une équipe que la France bat régulièrement mais on oublie de dire que cette équipe a énormément progressé, qu'elle aurait dû battre l'Australie en Coupe du monde. Globalement je nous trouve très proche de l’Écosse, du pays de Galles, de l'Irlande et de l'Italie. Avec l'Angleterre, il me semble que l'écart est plus grand. Les Anglais sont plus rigoureux, avec une formation différente de leurs jeunes joueurs. Nous avons clairement ressenti cette rigueur en seconde période. Pas en première mais en seconde mi-temps où nous avons été dominés. Nos gars ont montré un courage fantastique. Il y a une marge de progression, nous partons sur un nouveau projet. Mais une fois les rucks nous coûtent cher, une fois la touche, une fois la mêlée et une autre des pénalités trop facilement données. Je suis déçu pour les gars parce qu'ils se sont investis énormément sur le peu de temps dont nous avons disposé. D'un match à l'autre, il y a eu des progrès. Quelque chose est en train de prendre. Je ne sais pas si nous gagnerons demain mais nous serons compétitifs.

 

La France termine finalement cinquième de ce Tournoi des VI nations. Quel regard portez-vous sur ce classement ?

Je le regarde parce qu'on me le dit. Je ne vais pas dire que je le vis bien, que ça me fait plaisir de terminer à cette place. Mais je suis un nouvel entraîneur et j'essaie de regarder surtout le contenu des matchs pour voir une réelle progression et espérer faire mieux dans les prochaines années. Aujourd’hui, cela ne me satisfait pas. Je ne m''attendais pas non plus à finir premier ! J'essaie d'être lucide sur ce qu'on fait et sur comment progresser. On dit ce soir que la touche n'a pas fonctionné mais désormais, ce qui m'intéresse, c'est de savoir comment faire mieux pour que la prochaine fois, quand retrouvera cet adversaire, nous puissions rivaliser.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?