Spedding change de dimension

  • Spedding change de dimension
    Spedding change de dimension
Publié le

Longtemps ses promesses sont demeurées sans suite. Face à l'Angleterre, Scott Spedding a confirmé toutes les attentes placées en lui et s'est imposé, plus légitime que jamais. Mais sa générosité n'a pas permis aux Bleus de renverser le favori anglais. Finalement, à lui seul, l'arrière incarne le présent de ce XV de France : courageux, offensif, mais manquant encore de maîtrise et d'efficacité... 

Il restait sur le ton de l’espoir, souvent déçu. Puissant, costaud, sorte de tank qui servirait au gagne-terrain, avec un coup de pied de mammouth pour sortir de son camp et faire peser la pression sur l’adversaire. Ainsi a vécu Scott Spedding (29 ans), sur le front de la sélection jusqu’à sa quinzième cape. Sans jamais véritablement confirmer les promesses nées de ses débuts internationaux, en novembre 2014 face aux Fidji. Même sous Guy Novès. Finalement, dans un contexte hostile, face à l’imposante armada anglaise, l’arrière de l’ASMCA a démontré toute l’étendue de son potentiel. Solide sous les ballons hauts et dans les duels aériens, offensif, rageur dans la prise d’espace et aussi passeur pour assurer la continuité du jeu, sans perte de vitesse, répondant ainsi au vœu du staff.

 

Malgré une belle débauche d’énergie et des franchissements qui mirent les Bleus dans l’avancée, faisant peser un danger constant sur la défense anglaise, Spedding n’a pas réussi concrétiser. Sa percée de la 16e minute méritait une autre fin après la percée initiée par Vakatawa et parfaitement relayée par Gaël Fickou. Il est symbole d’une attaque française généreuse en diable (jusqu’au bout, inventive, inspirée aussi, mais qui manqua de punch à l’instant de conclure. De réalisme, aussi, et d’un brin de chance…

 

Il est encore le symbole d’un XV de France qui n’aura pas ménagé sa peine pour renverser le cours d’une rencontre promise aux Anglais, forts dans le défi physique et promis au Grand Chelem, mais qui a finalement lâché sur des détails, dans les instants décisifs d’une rencontre qui n’en reste pas moins la meilleure prestation du XV de France. Pour Spedding, ce fut une absence incompréhensible sur l’essai de Dany Care (12e), en tout début de match, quand le demi de mêlée anglais s’échappa au milieu de terrain et sans opposition… Un essai qui lançait l’incroyable course poursuite des Bleus et nous offrait un match intense jusque dans les arrêts de jeu. Avec, toujours, Spedding à la relance, depuis ses 22 mètres, sans jamais baisser la tête… Avec quelques regrets mais beaucoup de promesses pour l’avenir.

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?