August: «Nous voulons finir ensemble»

  • August: «Nous voulons finir ensemble»
    August: «Nous voulons finir ensemble»
Publié le , mis à jour

Membre depuis quatre du club, le Guillaume August commente le dépôt de bilan et dit la volonté des joueurs d’achever le championnat.

Quelle a été la réaction du groupe ?

On est allé boire des bières. On a exorcisé le mal.

Comment s’est déroulée la semaine ?

De façon étrange. Au lieu de préparer notre déplacement à Saint-Nazaire, nous avons rencontré les représentants de Provale. Ils sont venus mercredi pour faire le point sur nos droits et nous dire ce qui allait se passer. Nous devions nous entraîner, et nous avons appris que nous allions être au chômage.

Allez-vous finir la saison ?

Nous y sommes contraints d’un point de vue contractuel vis-à-vis du club. Ceux d’entre nous qui disposent de contrats doivent honorer leurs obligations pour leur indemnisation. Mais surtout, nous voulons finir la saison. La majorité du groupe le veut. Nous voulons dire au revoir à notre public et finir honorablement, sans fausser le championnat. Les joueurs ont toujours rempli toutes leurs obligations sportives. Nous formons un groupe soudé, qui a vécu des moments de solidarité très forts. Nous ne voulons pas terminer notre aventure comme ça, sur un forfait général. Après, la situation crée un paradoxe. Nous ne sommes plus payés. Et pour toucher nos salaires par les AGF, il faut que la liquidation judiciaire soit prononcée. Donc nous voulons tous qu’elle soit prononcée le plus rapidement possible. Mais, dès lors qu’elle sera prononcée, nous ne pourrons plus jouer ensemble. C’est étrange.

Au-delà de votre volonté de jouer, serez-vous suffisamment préparés, physiquement et mentalement, pour disputer une rencontre ?

Oui. Partir à Saint-Nazaire ce week-end aurait été vraiment trop compliqué. Le choc produit par l’annonce nous a tous abasourdis. Et puis le club n’a plus d’argent, donc il ne peut plus payer les déplacements. Ce qu’il a encore en caisse, on préfère qu’il l’utilise pour payer un peu les jeunes. Mais nous avons tout de même conservé le contact avec le terrain. Lundi après-midi, avant de sortir tous ensemble, nous nous sommes entraînés. Et nous reprendrons une semaine assez classique à partir d’aujourd’hui. Nous serons en forme, et comme je vous le disais, nous voulons finir sur des sensations sportives. Nous avons vécu tellement de choses ensemble.

Les responsables font ce qu’ils peuvent pour sauver l’association et relancer un projet en division fédérale. Vous avez 36 ans et votre carrière est derrière vous. Imaginez-vous pouvoir participer à un redémarrage du club ?

Oui, complètement. Je vous livre un sentiment instinctif. Je suis tombé amoureux de ce club et de cette région. Et j’ai encore la naïveté de dire qu’il y a un potentiel de rugby formidable ici. S’il faut aider, pourquoi pas ? Si tous les paramètres d’une reprise me conviennent, je considérerai vraiment la question. Je sais que je n’irai plus jouer en Pro D2, mais je n’irai peut-être pas jouer non plus en Fédérale 3. J’ai aussi une femme et deux enfants que nous ne mettrons pas en danger. Tout est flou. Mais aujourd’hui, mon attachement à ce club me dit que je pourrais vraiment continuer.

Quel regard portez sur cette situation ?

C’est compliqué. La situation ne date pas d’aujourd’hui. Luciani et Desreumaux avaient déjà repris une bête blessée. Mais nous ressentons tous de la colère et du dégoût face à ce gâchis. Je ne suis Lillois que depuis quatre ans. D’autres jouent ici depuis dix ans et ont monté ce club de la Fédérale 3 jusqu’en Pro D2. Car, sportivement, nous sommes allés en Pro D2. On en veut après tous les dirigeants qui ont dirigé le club. Ceux qui ont fait ça et qui sont partis, ils ne doivent plus revenir. Les autres responsables qui sont encore là, ils doivent s’excuser, se lever, et partir à leur tour. Ils auraient dû tirer la sonnette d’alarme depuis longtemps et réduire la voilure. Ils ont choisi la gourmandise devant l’appât du Pro D2. Ils doivent assumer. Propos recueillis par Guillaume CYPRIEN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?