Moins de 20 ans : Les faits marquants du Tournoi

  • Moins de 20 ans : Les faits marquants du Tournoi
    Moins de 20 ans : Les faits marquants du Tournoi
Publié le , mis à jour

Privés d’un Grand Chelem par les Gallois lors de la troisième journée, les Bleuets finissent second d’un tournoi réussit malgré tout. Bilan.

La victoire finale ne dépendait pas d’eux, mais les Bleuets peuvent être fiers de leur Tournoi. Finir à la deuxième place derrière des Gallois archi dominants, cela relève de tout sauf de l’échec. Pour Thomas Lièvremont, le bilan est « positif, en dépit de la frustration née de la perte d’un match à notre portée au pays de Galles ». Mais il l’admet ce groupe est « d’une grande homogénéité, qui offre des solutions en cas d’indisponibilité ». Il est vrai que le grand plus de cette équipe, c’est son profil très complet. Mais au-delà d’un résultat comptable plutôt frustrant au vu des prestations réalisées, nous retiendrons une chose essentielle : quelle énergie ! Cette fougue bien propre aux sélections jeunes était encore plus présente dans ce cru 1996, ce qui a souvent donné lieu à des rencontres endiablées. Alors que le XV de France, de son côté, est toujours dans le flou, il convient de dire que la formation française se porte bien.

Un joueur

Damian Penaud, fils d’Alain, l’international français briviste, a su faire parler de lui. Son nom de famille a évidemment attiré l’intérêt mais, déjà passé par l’étape moins de vingt ans l’année dernière où il était surclassé, il a surtout impressionné par ses qualités physiques. Centre surpuissant d’un grand réalisme pour son âge, il a plus d’une fois fragilisé la ligne défensive de ses adversaires. On se souviendra longtemps de l’énorme performance livrée face aux Anglais, lors de laquelle il a marqué un triplé.

Un match

Comme l’a écrit Marc Duzan dans nos colonnes à propos du déplacement des Bleuets à Broadwood en Ecosse : « Quel pied ! Quel match ! ». Ces quatre mots suffiraient à décrire cette victoire hors de l’Hexagone, qui fait office de match référence. Une mêlée titanesque, un jeu de passes fantaisiste, une conquête totalement exploitée : il fallait presque un sans faute pour faire tomber les Ecossais auteurs d’un tournoi convaincant. Quoi de mieux qu’une défaite amère la semaine passée contre les Gallois pour mettre en rogne des jeunes assoiffés de victoire ? Même privés de N’Gandebe, l’arme offensive, suite à une suspension, les jeunes joueurs de Thomas Lièvremont ont été exemplaires.

Un fait

Le fait à retenir de ce tournoi : ces quarante points infligés aux Anglais. Une belle façon de clore le tournoi, même si l’on attendait d’un crunch plus de supense et d’opposition. Le dynamisme des Bleuets et leur jeu de passes au large ont vite eu raison du XV de la Rose version jeune. Comme l’a souligné le capitaine Castets après la rencontre « C’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de mettre quarante points aux Anglais. ». Juste. La génération 95 n’a pas eu cette chance, elle avait aussi rencontré l’Angleterre en clôture du tournoi, mais s’était inclinée 24 à 11. Par Fanny Canals

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?