Lyon : pour l’honneur, et l’avenir...

  • Lyon : pour l’honneur, et l’avenir...
    Lyon : pour l’honneur, et l’avenir...
Publié le , mis à jour

Au-delà de l’aspect comptable et honorifique, le déplacement de Lyon chez son dauphin aura valeur de test pour une équipe dont le destin s’écrira très certainement en Top 14 la saison prochaine.

Lyon a mis les petits plats dans les grands pour préparer son déplacement chez son dauphin. Lundi matin, il a accueilli son voisin berjallien pour une heure d’entraînement en opposition, par ateliers entre avants d’un côté, et trois-quarts de l’autre. Et son compagnon d’entraînement a joué le jeu à fond.

« La qualité n’était pas optimum, maugréait un avant lyonnais, après les séances de touche et de mêlée. Mais il vaut mieux que cela nous arrive à l’entraînement. »

Surtout quelques jours avant un long voyage dans le Pays Basque où le péril n’a jamais paru aussi grand. Battu à deux reprises seulement depuis le début de saison, à Aurillac et Perpignan, l’ogre lyonnais a dévoré tous les petits poucets qui se sont présentés sur sa route. Mais son hôte bayonnais n’a rien d’une victime expiatoire. Et ce ne sont pas les courtes victoires remportées récemment à domicile qui inclineront le leader à le prendre de haut. Il se souvient très bien que son adversaire est le seul à avoir décroché le point de bonus défensif à Lyon au match aller (27-29), et il aurait remporté la victoire, personne n’aurait rien trouvé à y redire.

Avec vingt-trois points d’avance au classement, le Lou a beaucoup de marge sur son poursuivant. Ce match n’est pas capital et une défaite ne serait pas dramatique. Si la montée en Top 14 est en bonne voie, il s’agit surtout de continuer à progresser, de ne pas se relâcher et de prouver qu’il a les épaules solides dans l’optique de joutes autrement plus difficiles la saison prochaine qu’il devrait disputer à l’étage supérieur.

« Nous travaillons nos faiblesses et nous nous appliquons à ne pas reproduire les erreurs passées, explique le capitaine lyonnais, et ancien Bayonnais, Julien Puricelli. Nous avons par exemple du mal à entrer dans les matchs ces derniers temps. Et nous avons toujours un passage à vide d’un quart d’heure. Cela sera intéressant de voir comment nous allons nous comporter, surtout à l’extérieur. » Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?