Grenoble, la tête et les jambes

  • Grenoble, la tête et les jambes
    Grenoble, la tête et les jambes
Publié le

Dominés en puissance par les Rochelais, les Isérois ont en revanche su tirer profit de leur vitesse et de la vista de leur ouvreur Jonathan Wisniewski pour s'offrir un bonus offensif mérité (39-23)

LE MATCH

Bien décidés à remporter leur première rencontre de la saison à l'extérieur, les Rochelais avaient concocté un plan aussi simple que difficile à contrecarrer : massacrer les Grenoblois en puissance, en utilisation la force de pénétration de ses colosses venus du Pacifique, les Botia, Qovu, Amosa et autres Hingano. Une stratégie qui porta parfaitement ses fruits durant la première demi-heure, les Rochelais profitant même d'une mésentente défensive du FCG pour ouvrir la voie de l'essai à Botia, après un remarquable travail de l'ouvreur Zack Holmes. Sauf qu'à défaut de force, les Grenoblois avaient des jambes... Laissant passer l'orage rochelais, les Alpins surent utiliser leurs premières opportunités pour déplacer le monolithique pack jaune et noir, et trouver la solution à deux reprises juste avant la mi-temps. Le coaching massif effectué à la mi-temps par Patrice Collazo n'y changea rien, la physionomie de la partie demeurant semblable entre des Rochelais plus costauds et des Grenoblois plus rapides mais surtout plus intelligents, à l'image d'un Wisniewski impérial.

 

LE TOURNANT

Certes, la facilité pourrait consister à retenir l'essai inscrit par Xavier Mignot juste avant la pause (lire ci-dessous). Toutefois, le vrai tournant résida à nos yeux en ce coup de filou réussi à par Jonathan Wisniewski à la 55e minute... Alors que les Rochelais venaient de revenir à quatre petites longueurs (20-16), les Grenoblois repartaient à l'assaut, à l'initiative d'un Wisniewski de tous les bons coups, jusqu'à obtenir une pénalité à 10 mètres de l'en-but adverse. Persuadés que les Isérois allaient choisir les trois points, les Maritimes tournaient alors le dos au ballon, sans attendre que l'arbitre désigne les poteaux... Une erreur de débutant sanctionnée par Wisniewski, qui jouait pour lui-même la pénalité et pointait en but. Une action qui rappela quelque peu celle réalisée par dan carter voilà quelques semaines, sur cette même pelouse.

 

L'ACTION

Alors que les Rochelais expédiaient le dernier renvoi juste avant la mi-temps, ceux-ci s'attendaient probablement à ce que les Isérois le dégagent en touche. Las pour eux, il n'en fut rien. Malgré une réception peu académique de Farrell et Nemani, les Grenoblois choisissaient d'écarter ce dernier ballon, par le biais d'une longue passe de Wisniewski intelligemment relayée par Ben Hand. Et ici, la classe de Rory Grice allait parler... Prenant de vitesse le flanker rochelais Romain Sazy, le Néo-Zélandais résistait à son retour conjugué à celui de Barraque pour servir d'une fantastique passe après contact, en pleine foulée, son ailier Xavier Mignot. Lequel n'avait aucun mal à déborder Jone Qovu pour inscrire l'essai du break juste avant la mi-temps, au bout d'une course de cinquante mètres.

 

L'HOMME

Oui, il faut de la force et de la puissance sur un terrain de rugby. Mais il faut aussi un brin de malice, et surtout d'intelligence... À ce titre, la prestation de Jonathan Wisniewski fut proprement remarquable sur la pelouse du Stade des Alpes. Visé en permanence par les colosses adverses Botia, Qovu ou Amosa, l'ouvreur grenoblois sut parfaitement faire évoluer son placement pour jouer avec les nerfs de ses « agresseurs », et surtout conserver sa lucidité. Probablement ce qui lui permit d'inscrire un doublé de filou, d'abord au ras d'un ruck aux abords de l'en-but rochelais après une longue séquence des siens (34e), puis en profitant de ce que ses adversaires lui tournent le dos pour dynamiser une pénalité dont tout le stade pensait qu'elle serait tentée (55e). Ajoutez à cela un 100 % au pied et une autre percée décisive sur le doublé de Mignot (65e), et vous obtiendrez une prestation des plus abouties pour l'éternel aspirant au XV de France....

La fiche technique 

 

Grenoble – La Rochelle 39-23

 

À Grenoble – Samedi à 18h30 – 13 000 spectateurs

Arbitre : M. Trainini (Cote d'Azur)

Évolution du score : 0-7, 3-7, 3-10, 10-10, 13-10, 20-10 (MT) ; 20-13, 20-16, 27-16, 34-16, 34-23, 39-23.

 

GRENOBLE > 15.Aplon (22.Gengenbacher 70e) ; 14.Nemani, 13.Farrell, 12.Hunt, 11.Mignot ; 10.Wisniewski (21.Bosch 67e), 9.McLeod (20.Hart 67e) ; 7.Diaby, 8.Grice, 6.Setephano (19.Alexandre 60e) ; 5.Roodt, 4.Hand (cap.) (18.Kimlin 50e) ; 3.Edwards (23.Desmaison 50e), 2.Héguy (16.Jammes 67e), 1.Barcella (17.Coulson 75e).

 

LA ROCHELLE > 15.Murimurivalu ; 14.Barraque, 13.Aguillon (22.Bérard 50e), 12.Botia, 11.Hingano ; 10.Holmes (21.Dubois 76e), 9.Januarie (20.Audy 70e) ; 7.Amosa, 8.Qovu, 6.Sazy ; 5.Cedaro (18.Tanguy 56e), 4.Eaton (cap.) (19.Kieft 63e) ; 3.Feao (23.Atonio MT), 2.Gau (16.Forbes MT), 1.Synaeghel (17.Corbel MT).

 

GRENOBLE : 5E Wisniewki (34e, 55e), Mignot (40e+1, 65e), Desmaison (74e) ; 4T Wisniewski (35e, 40e+2, 56e, 66e) ; 2P Wisniewski (22e, 40e)

 

LA ROCHELLE : 2E Botia (18e), Forbes (70e) ; 2T Barraque (19e), Holmes (71e) ; 3P Holmes (32e, 45e, 52e)

Blessé : Aguillon (commotion)

 

LES BUTEURS

Wisniewski 4T/4, 2P/2 ; Bosch 0T/1 ; Holmes 1T/1, 3P/3 ; Barraque 1T/1, 0P/1 ; Murimurivalu 0DG/1

 

LES ÉTOILES

*** Wisniewski, Mignot, Grice

** Hunt, Diaby, Roodt ; Holmes, Qovu, Amosa

* Farrell, Héguy, Barcella ; Botia, Barraque, Januarie, Eaton.

 

 

 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?