Dignes de l'Europe

  • Dignes de l'Europe
    Dignes de l'Europe
Publié le , mis à jour

La rencontre Bordeaux-Clermont a ressemblé par son intensité à un match de Champions Cup supplémentaire. Les deux équipes s'entendent bien pour offrir des affrontements de première classe. 

Le match entre Auvergnats et Girondins ( 24-19) fut un véritable délice pour le spectateur neutre : un renversement de situation inoui, et des actions de toute beauté. D'ailleurs, Laurent Marti le président bordelais reconnaissait "que cette rencontre fut très proche de l'intensité d'un match de Champions Cup. C'est souvent le cas avec Clermont qui met beaucoup de rythme." La rencontre ressembla à une "belle" après les deux affrontements sur la scène continentale qui valaient dèjà le déplacement. Chacune des deux formations l'ayant emporté chez l'adversaire. Cette saison, en quatre rencontres, ni les Bordelais, ni les Clermontois n'ont pu s'imposer à domicile, une vraie curiosité.On retiendra donc quelques moments magiques de cet après -midi à Chaban-Delmas et d'abord ce geste plein de culot de Scott Spedding qui sur un coup de pied adverse dans son en-but, ft semblant d'aplatir pour mieux contre -attaquer et générer une relance superbe. Nous avons aussi apprécié la prise de l'axe des Bordelais qui aboutit à un essai refusé de Avei. Saili, Madaule ouvrirent une brêche qui aurait mérité d'être concrétisée au tableau d'affichage. Mais M. Poite refusa un essai sur le temps de jeu suivant à Ole Avei. Celui-ci fut accusé d'avoir ramassé le ballon alors qu'il faisait partie du regroupement puisqu'il était en contact avec un adversaire. "Oui, c'est dans la règle, soupira Raphaël Ibanez. Mais je ne sais pas si c'est souvent sanctionné et si cet essai aurait été refusé dans un autre hémisphère que le nôtre." Les Bordelais ont aussi fait se lever le stade sur l'essai de Berend Botha après une action d'école : une succession de passes debout, une dizaine à notre souvenir et pour finir, deux off load très purs de Avei et de Kepu. Les Clermontois ont fini la rencontre sur un essai de Fofana en bout de ligne qui n’avait rien d’évident. Le centre international avait encore trois défenseurs devant lui quand il s’empara du ballon, il fallait un sacré dynamisme pour marquer dans ces conditions. C’est sûrement ce qui fait la différeence entre un bon joueur et un élément qui a le potentiel international. Quant au geste le plus décisif, celui de Cancorier contrant Serin, il ne fut pas un sommet d’académisme et de créativité mais il avait pour lui la soudaineté des plus beaux coups de théâtre. Il a enflammé une fin d’après-midi qui aurait pu devenir un tout petit peu languissante.​

 

 

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?