Finale de 1940 : le second sacre catalan, le chant du cygne palois

  • Finale de 1940 : le second sacre catalan, le chant du cygne palois
    Finale de 1940 : le second sacre catalan, le chant du cygne palois
Publié le / Mis à jour le

Le 21 avril 1940, le XIII Catalan s’impose face à Pau à Toulouse. Les Catalans s’inscrivent ensuite dans l’histoire alors que, pour les Palois, cette finale fut leur dernier coup d’éclat dans le monde treiziste.

Nous sommes le 21 avril 1940 à Toulouse, au stade des Minimes, celui où se produit le Toulouse olympique. Dans l’après-midi, le XIII Catalan et Pau vont disputer la sixième finale de l’histoire. Pour se hisser à ce stade de l’épreuve, Pau s’est imposé en demi-finale devant Albi 19 -8 alors que les Catalans ont pris le meilleur sur Villeneuve-sur-Lot 22 à 7. L’affiche est belle entre deux formations portées légitimement vers l’offensive. D’ailleurs, le public est venu en nombre dans l’enceinte du quartier de la Barrière de Paris. 10 000 spectateurs ont été recensés par le trésorier de la Ligue, la recette est même florissante (52 000 francs de l’époque). Sur le rectangle vert, les deux équipes offrent un spectacle de qualité, toutes deux ont une volonté de faire respirer le ballon. Dans ce domaine, Palois et Catalans relèvent bien le défi. Au final, c’est le XIII catalan qui s’impose 20 -16. Les équipes finissent à égalité aux essais (4 à 4) et c’est le buteur catalan et capitaine, Lemière qui a fait la différence avec quatre transformations réussies. Après cette finale, la discipline a entamé une traversée du désert de quatre années. Le 15 octobre 1940, à la demande du gouvernement de Vichy, La Ligue se voit obliger de suspendre toutes les compétitions nationales au niveau des équipes seniors. Seuls, les juniors peuvent participer à une compétition. C’est en octobre 1944 que la Ligue fut autorisée à reprendre ces diverses compétitions régionales et nationales.

Super League et François Recaborde

Quant aux deux finalistes de cette saison 1940, ils ont connu un destin bien différent. À la reprise, le XIII Catalan reprend la compétition avec un appétit d’ogre. Entre 1940 et 1994, il s’est octroyé onze titres nationaux. En 2000, il fusionne avec Saint-Estève-XIII et en 2006, il intègre la Super League. Quant à Pau, cette finale fut son chant du cygne. En 1944, le club n’a pas rejoint la Ligue, car il ne disposait plus d’un terrain pouvant l’accueillir. En 1950, le club a la possibilité de créer de nouveau une structure et de participer en 1951 au championnat du deuxième niveau national. Une initiative qui est pilotée par François Récaborde, sportif éclectique béarnais. Or ce dernier décède lors d’un accident de voiture le 21 janvier 1951. L’espoir de relancer dans la cité paloise était avorté.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir