Le blues de Nic White

  • Le blues de Nic White
    Le blues de Nic White
Publié le , mis à jour

Arrivé à l’inter saison, le demi de mêlée international australien de Montpellier Nic White manque de temps de jeu. Au point qu’il souhaiterait quitter le MHR avant la fin de son contrat.

Nic White ne sera pas sur la feuille de match contre Brive ce week-end. Il a disputé quinze matchs de Top 14 et a été seulement quatre fois titulaire cette saison. Arrivé début septembre à Montpellier, le demi de mêlée australien (25 ans, 1,75 m, 82 kg) n’est jamais parvenu à s’imposer comme un titulaire au MHR, barré par Benoît Paillaugue, auteur d’une excellente saison. Un deuxième coup dur en quelques mois pour le Wallaby (22 sélections), qui n’avait pas été retenu pour la Coupe du monde en Angleterre à l’automne dernier, alors que l’Australie s’était hissée jusqu’en finale. Le joueur ne s’en cache pas, il vit des moments difficiles : « Je pense être le numéro deux, ce n’est pas toujours facile à vivre car je suis un joueur et j’ai envie de jouer évidemment, confiait-il la semaine passée, avant le déplacement à Agen. Il faut continuer à travailler dur toutes les semaines et les opportunités se présenteront. »

Encore deux ans de contrat

Il semble toutefois que Nic White perde patience. Selon nos informations, sa déception est si grande qu’il envisage de quitter le club héraultais, alors que son contrat comprend encore deux saisons. Il en aurait déjà fait part à ses dirigeants et le club aurait même commencé à prospecter pour un éventuel renfort au poste de demi de mêlée. Montpellier ayant besoin de Jiff, les recherches tourneraient plutôt autour de joueurs français. Interrogé sur le sujet, Nic White s’était montré plutôt évasif la semaine passée. Le président Altrad, de son côté, a assuré que le joueur ne lui en avait pas parlé « directement. La situation n’est pas facile pour Nic mais un départ n’est pas d’actualité. Il a encore deux ans de contrat avec nous ».

Il n’y a donc pas vraiment d’urgence pour le MHR. Mais les dirigeants seraient ouverts si une piste intéressante s’offrait dans les mois à venir. Car d’ici juin 2018, la situation a le temps d’évoluer. Si le marché des numéros 9 est quasiment clos pour cette année, plusieurs d’entre eux — et pas des moindres — seront en fin de contrat en juin 2017, dont les internationaux tricolores Maxime Machenaud et Sébastien Bézy, le très prometteur international des Moins de 20 ans du CO Antoine Dupont ou encore un ancien Montpelliérain, le Toulonnais Jonathan Pélissié. Cela pourrait ouvrir des négociations pour arriver à un arrangement si le statu quo persistait, d’autant que les deux parties pourraient y trouver leur compte (selon le Canberra Times, White avait été embauché à 350 000 € par saison).

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?