«BOLA» vous salue bien !

  • «BOLA» vous salue bien !
    «BOLA» vous salue bien !
Publié le , mis à jour

Filimone Bolavucu - 3/4 de Saint-Jean-d’Angély les Angériens peuvent compter sur leur bombe fidjienne, 35 ans et encore deux essais dimanche dernier !

Il est une des attractions du rugby saintongeais depuis trois saisons déjà. Filimone Bolavucu, international fidjien (une sélection contre les Tonga en 2009), « vieux » briscard du Top 14 qu’il a connu avec Brive ou Bayonne. Après avoir signé au Raca pour renforcer le club en Fédérale 1, Filimone évolue désormais en Fédérale 2 ou sa vista et sa puissance font toujours des merveilles malgré le poids des ans (il a eu 35 ans en février). Dimanche dernier face à Hagetmau, la bombe du centre a encore inscrit un doublé pour permettre aux siens de l’emporter largement 46 à 8, bonus offensif à la clé. Les Angériens ont ainsi préservé leur chance de contrarier Niort et de s’adjuger la première place au terme des deux derniers matchs de la saison. Gérald Merceron, l’ancien ouvreur international qui coache aujourd’hui la ligne de trois-quarts des Angériens, ne tarit pas d’éloges sur sa bombe du centre : « C’est un joueur très important pour tout le groupe. Si j’ose dire, il a encore franchi un cap cette saison. Il a pris de la confiance depuis que nous lui avons trouvé un compère fidjien comme lui en la personne de Jone Daunivucu. À eux deux, ils forment un redoutable duo. Filimone est plus épanoui et cela se ressent sur le terrain. Cette saison, rares sont les matchs où il n’a pas marqué au moins un essai… » Et le technicien de reprendre : « Dimanche dernier encore, c’est lui qui décante la partie sur un exploit personnel. Il a de vraies qualités. Comme tous les joueurs fidjiens, il est capable de faire des choses incroyables et est très dur à défendre en un contre un. S’il a un ou deux mètres de marge sur son vis-à-vis, le duel est gagné quasiment à tous les coups. À l’inverse d’un Botia de La Rochelle, par exemple, Filimone n’évolue pas dans un registre très physique. Il est plutôt dans l’évitement. »

Un repositionnement gagnant

Discret, le joueur l’était aussi sur le terrain avant son positionnement au centre. Merceron reprend : « Je voulais mettre en place un jeu où les ailiers touchaient beaucoup de ballons. En misant sur ses qualités de finisseurs, je l’avais placé à l’aile pour qu’il nous finisse les actions. Finalement, ce système a assez mal fonctionné. « Fifi » se proposait assez peu pour venir chercher le ballon. Au centre, il a en touche beaucoup plus et fait d’autant plus mal à nos adversaires. »

Le Raca pourra compter sur son arme maîtresse pour la phase finale, où les hommes de Merceron voudront aller « le plus loin possible. »

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?