Savoyards en reconquête

  • Savoyards en reconquête
    Savoyards en reconquête
Publié le , mis à jour

Demi-finaliste l’an dernier, Chambéry repart cette saison à l’assaut des phases finales. Avec à son avantage, l’expérience de son dernier parcours. Une nouvelle étape, pour un club qui se développe petit à petit. Et ce, afin de pouvoir se rapprocher de la Pro D2.  

Repartir de l’avant. Tel a été le défi proposé à Chambéry, lors de l’intersaison. Comme pour oublier, le triste épilogue de leur précédente saison. Les Savoyards échouant aux portes de la Pro D2, pour un point. Une pénalité de Sylvain Bouillon, offrant ce privilège à Aix-en-Provence. «Si nous étions montés, nous aurions eu de grosses difficultés à nous maintenir. Il nous aurait fallu mettre beaucoup de choses en place, en très peu de temps comme refaire une équipe pour la Pro D2» rappelle Michel Ringeval, l’entraîneur chambérien. Un mal pour un bien, en quelque sorte. D’autant qu’à l’intersaison, le SOC a perdu quatre de ses pièces maîtresses. Ou plutôt trois et demi. Le deuxième ligne Ben Venter rejoignant notamment Montauban, après avoir été joker médical à l’UBB. «Nous avons perdu Felipe Berchesi, Juan Mangione et Matthieu Nicolas, qui sont partis en Pro D2. Il y a donc eu une part d’incertitude, mais les nouveaux joueurs se sont rapidement intégrés à l’ossature que nous avions déjà». Un noyau dur, qui reste soudé depuis plusieurs années. A l’image des huit champions de France de Fédérale 2, présent dans l’effectif actuel du SOC. Symbole d’un projet mûri depuis plusieurs années, par Damien Vicente et ses partenaires. «Nous travaillons sur un même projet, depuis quatre à cinq ans. C’est un travail dans la continuité, même si nous avons plusieurs arrivées chaque année. Simplement, nous avons l’impression que les nouveaux prennent le train en route». Il n’est donc pas étonnant, de retrouver Chambéry à la lutte pour les premières places.

 

Une expérience supplémentaire

Demi-finaliste l’an dernier, le SOC est aujourd’hui troisième de sa poule. Et ce, derrière Bourg-en-Bresse et Aubenas/Vals. Ni plus, ni moins que deux candidats annoncés à la Pro D2. Une hiérarchie que les Chambériens pourraient cependant bousculer, en cas de victoire. «Nous nous attendons à un match très disputé, face à une très belle équipe complète dans toutes ses lignes. C’est une équipe qui a des arguments, mais nous savons ce que nous voulons et nous devrons donc imposer notre jeu» prévient Michel Ringeval. Ce choc représentant également, le dernier rendez-vous avant les phases finales. Des matchs éliminatoires, que Chambéry disputera par l’intermédiaire du trophée Jean-Prat. Avec la possibilité de retrouver une vieille connaissance, Tyrosse. «Nous voulons faire le meilleur parcours possible, c’est sûr. En ce sens, notre aventure de l’an dernier nous a donné une certaine expérience des matchs aller-retour. Nous avions ainsi battu Tyrosse et Auch, après avoir perdu à l’aller». Sauf que cette année, les Savoyards n’arriveront pas cachés. Leur dernière saison leur ayant collé, une immense pancarte dans le dos. Celle d’un favori, devant assumer son statut. «Vous savez, nous ne posons pas de questions car nous avons toujours évolué au coup par coup. Notre principale caractéristique est notre dynamisme et nous savons que pour gagner les matchs, il faut les jouer». Une véritable promesse de campagne. Aux hommes de Michel Ringeval, de la concrétiser désormais sur le terrain.

 

Corentin Vaissière

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?