XV de France : la révolution est-elle en marche ?

  • XV de France : la révolution est-elle en marche ?
    XV de France : la révolution est-elle en marche ?
Publié le , mis à jour

La synthèse de la cellule technique publiée hier met en avant 15 propositions pour faire progresser le XV de France dans les prochaines années. Mais n'est-ce pas un scénario déjà vu maintes et maintes fois par le passé ? Beaucoup de propositions pour peu d'actions au final. Alors, cette fois-ci serait-elle la bonne ?

Les 15 propositions de la cellule technique :

 

1. La Gestion des Joueurs Internationaux

 

- Communication d’une liste de 30 joueurs « Élite » et d’une liste de joueurs « Développement » permettant une meilleure gestion des Internationaux

 

Entre les périodes de matchs internationaux et celles de repos, les Bleus passeraient moins de temps dans leur club. Mais à l’inverse, les clubs auraient une compensation financière plus importante. Aucun chiffre n’a filtré.

- Création d’un « contrat objectif partagé », document définissant les règles d'un suivi personnalisé des joueurs internationaux

- Intersaison adaptée au niveau de sollicitation du joueur

- Mise à disposition étendue, pour le XV de France, des joueurs identifiés sur la liste « Elite »

- Période de régénération pendant la saison

- Compensation financière aux clubs réévaluée

- Adaptation du « Salary Cap »

 

2. La Formation

 

- Élargissement de la feuille de match

 

En vue, l’optimisation du temps de jeu pour les jeunes joueurs. Actuellement fixé à huit remplaçants, son élargissement permettrait de donner leur chance aux joueurs formés au club. Les -23 ans sont souvent cantonnés à jouer en Espoirs et ne sont presque jamais sur les feuilles de matchs.

- Évolution du dispositif JIFF

- Refonte de la compétition Espoir

- Optimisation du temps de jeu des jeunes joueurs

- Respect des obligations légales des entraîneurs et des éducateurs

 

3. Le Jeu

 

- Harmonisation des arbitrages

- Qualité des terrains

- Évolution des championnats professionnels

 

Le débat a été relancé après la gifle en quart de finale de la Coupe du Monde face aux All Blacks (62-13). L'idée : réduire le nombre de descentes du Top 14 vers la Pro D2 en passant par exemple à seulement 12 équipes et une seule relégation en fin de saison. Autre proposition formulée : mettre en place un barrage entre l'avant-dernier du Top 14 et le deuxième de Pro D2 ou le vainqueur des phases finales d'accession.

Tout cela pour réduire le nombre de matchs de championnat, si le passage au Top 12 est retenu. Et ainsi éviter les fameux doublons « matchs de l’Équipe de France – Top 14 » qui faussent le championnat pour certains. Rester à quatorze clubs dans l'élite et instaurer un barrage permettrait à certaines équipes de faire souffler leurs internationaux sur quelques matchs à l'enjeu moindre. Avoir moins de matchs couperets pourrait aussi amener à moins de pression et donc à plus de spectacle selon les dires de certains spécialistes.

 

Quinze propositions pour quoi ?

 

Et maintenant que va t-il se passer ? Après avoir discuté pendant trois mois, les membres de la cellule ont donc remis leur rapport et leurs propositions. La question est maintenant de savoir si tout cela va aller au bout.

Ce n'est en effet pas la première fois que de telles réunions, de telles discussions, ont lieu. Ce n'est pas la première fois non plus que de grandes propositions sortent de ces interminables réunions. Souvenez-vous. En 2005, Bernard Laporte s'était agacé à la fin du mois d'août de cette année de l'absence de six joueurs aux tests physiques à Marcoussis parce que retenus par leurs clubs. Il avait pointé du doigt l'absence de priorité pour le XV de France. Suite à cela, le président du Stade Toulousain, Jean-René Bouscatel, avait déclaré : « La convention collective dit clairement que les joueurs sont liés aux clubs. Dans l'état actuel des textes, une discussion autour d'un transfert des contrats n'est pas possible ». Rien a donc bougé.

 

Idem en 2013. Philippe St André réclamait un nombre limite de matchs pour les internationaux sur une saison avec leur club (16 ou 18) en échange d'une hausse des indemnités. Cette idée n'a jamais vu le jour devant les réticences des clubs professionnels. « Je ne pense pas que le rugby des clubs doive se sacrifier pour l’équipe de France. (...) On peut continuer à avoir un championnat attractif et une belle équipe de France. Les deux ne sont pas incompatibles. (...) Je ne pense pas que cinq jours de plus ou moins de préparation constituent une différence essentielle. (...) Il n’est pas question qu’on soit les boucs émissaires des mauvais résultats des Bleus »., avait déclaré Paul Goze, le patron de la LNR.

 

Alors que va t-il arriver en 2016 ? Va t-on suivre les propositions de la cellule ? Ou ce rapport sera le énième à atterrir sur les bureaux de la Fédération sans que rien ne se passe ? Réponse dans les prochains mois...

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?