Grenoble, au bout du suspense

  • Grenoble, au bout du suspense
    Grenoble, au bout du suspense
Publié le

 Menés de 16 points en première période puis de 13 en seconde, les Alpins emmenés par un Jonathan Wisniewski magistral ont trouvé des ressources insoupçonnées pour venir à bout du Connacht, après avoir souffert jusqu'aux confins des arrêts de jeu pour s'offrir une demi-finale historique.

LE MATCH

 

Catalogué « cinquième province irlandaise » par Fabrice Landreau, le FCG a-t-il voulu faire honneur à sa réputation ? C'est la question qu'on se pose ce soir, au vu de l'incroyable fighting spirit déployé par les Alpins... Et pourtant, à vouloir défier le Connacht sur le déplacement du ballon, on a bien cru que le FCG allait se brûler les ailes. Plus rapides, et peut-être tous simplement plus habitués à pratiquer ce genre de rugby dans leur championnat, les Irlandais ont ainsi longtemps semblé supérieurs aux Isérois, menant de 16 points en première mi-temps ! Le point de rupture ? Ces derniers l'avaient notamment trouvé sur leur aile droite, où la défense de l'ailier grenoblois Maritino Nemani fut souvent mise à défaut. Mais les Grenoblois avaient pour eux un cœur énorme, et surtout un Wisniewski formidable, qui tint la baraque à lui seul en fin de première mi-temps... Cueillis à froid dès la reprise, les Grenoblois surent ensuite puiser on ne sait où une énergie invraisemblable, trouvant la faille par Dupont sur un lancement en première main, puis par Diaby au bout d'un sublime mouvement d'ensemble. Ensuite ? Il y eut le pied de Wisniewski, d'abord sur une transformation en coin, et surtout sur un maître drop à la 76e, synonyme de full-house personnel. Et surtout d'une incroyable victoire pour les siens...

 

 

LE TOURNANT

 

Impossible de parler de tournant dans un match qui connut des rebondissements jusqu'à la dernière seconde, et une ultime séquence de défense dantesque du FCG, finalement récompensée par M. Carley. Tout peut être évoqué ici, de l'essai plein de hargne de Lucas Dupont qui réveilla les troupes au drop décisif de Wisniewski, botté à quatre petites minutes de la fin avec un sang-froid impressionnant. Au vrai, c'est peut-être la dernière pénalité de Shane O'Leary fut fut le vrai tournant pour le Connacht, les Irlandais imaginant peut-être, avec treize points d'avance à 25 minutes de la fin, le match plié... On peut aussi mentionner ce renvoi botté directement en ballon par ce même O'Leary après l'essai de Dupont, qui permit aux Alpins de revenir illico dans le camp adverse. Comme quoi, après un an passé au sein du centre de formation alpin, le cœur d'O'Leary était peut-être encore grenoblois...

 

 

L'ACTION

 

On jouait la 23e minute, et les Grenoblois venaient péniblement de recoller à 7-3, après un arbitrage vidéo logiquement défavorable à Mahamadou Diaby. Sur le renvoi, Gio Aplon commettait un léger péché d'orgueil en crochetant un défenseur irlandais avant de dégager. Imprécis, le coup de pied de l'arrière sud-africain ne trouva pas la touche, mais les bras de l'arrière Matt Healy. Là débuta le festival... Se jouant de Nemani, Healy remontait le terrain le long de la ligne de touche avant de trouver à son intérieur son demi de mêlée Marmion, qui naviguait intelligemment dans la défense alpine. Resserrée sur sa ligne, la défense grenobloise en oubliait Robbie Henshaw, complètement décalé sur l'aile opposée. Une erreur immédiatement exploitée par les Irlandais, pour envoyer d'une maîtresse passe au pied leur centre international à l'essai, malgré le retour désespéré de Farrell.

 

 

LE JOUEUR

 

On pourrait, on devrait évidemment parler de Jonathan Wisniewski, auteur d'un superbe full-house et de 23 points personnels. Une prestation digne, tout simplement, d'un international... Seulement, comme il s'agit d'une habitude cette saison, on parlera cette fois d'un autre homme, à savoir l'arrière irlandais Matt Healy. L'habituel ailier de la province irlandaise est en effet le meilleur marqueur du Pro 12, et ont a mieux compris pourquoi ce samedi... Sur les trois essais de son équipe en première période, c'est en effet ce dernier qui s'est montré décisif, en se jouant notamment à plusieurs reprises de l'ailier du FCG Tino Nemani. C'est d'ailleurs bien Matt Healy qui a délivré les deux passes décisives pour Adeleokun, sans oublier cette contre-attaque qui permit d'amorcer l'essai de Henshaw. Un festival que le zébulon du Connacht a d'ailleurs conclu d'un essai personnel, celui du break, juste après la reprise, en déposant rien moins que Gio Aplon. Respect.

 

 

Grenoble – Connacht 30-29

 

À Grenoble – Samedi à 21h05

Affluence : 14 077 spectateurs

Arbitre : M. Carley (Angleterre)

 

Évolution du score : 0-7, 3-7, 3-12, 3-19, 10-19, 13-19, 16-19 (MT) ; 16-26, 16-29, 23-29, 30-29, 30-32, 33-32

 

GRENOBLE > 15.Aplon ; 14.Nemani, 13.Farrell, 12.Hunt (22.Estebanez 68e), 11.Dupont ; 10.Wisniewski, 9.McLeod ; 7.Diaby, 8.Grice (20.Alexandre 27e), 6.Setephano ; 5.Kimlin, 4.Hand (cap.) (19.Marie 72e) ; 3.Edwards (18.De Klerk 54e), 2.Jammes, 1.Taumalolo (17.Barcella 54e).

 

CONNACHT > 15.Healy ; 14.Adeolokun, 13.Henshaw, 12.Aki, 11.Poolman (23.Carr 38e) ; 10.O'Leary (22.Robb 68e), 9.Marmion (21.J.Cooney 64e) ; 7.Connolly, 8.Muldoon (cap.), 6.S.O'Brien (20.Naoupu 72e) ; 5.Browne, 4.Dillane (19.Roux 61e) ; 3.Bealham (18.J.P.Cooney 76e), 2.McCartney, 1.Buckley (17.Loughney 61e-72e).

 

GRENOBLE : 3E Wisniewski (33e), Dupont (62e), Diaby (70e) ; 3T Wisniewski (34e, 63e, 72e) ; 3P Wisniewski (21e, 38e, 40e) ; 1DG Wisniewski (76e).

Non entrés en jeu : 16.Mas, 21.Saseras, 23.Gengenbacher.

Blessé : Grice (main)

 

CONNACHT : 4E Adeleokun (12e, 29e), Henshaw (23e), Healy (43e); 3T O'Leary (13e, 30e, 44e); 2P O'Leary (54e), Cooney (73e)

Non entré en jeu : 16.Heffernan.

Blessé : Poolman (genou)

 

LES MEILLEURS

 

À Grenoble : Farrell, Dupont, Wisniewski, Diaby, Setephano, Kimlin

 

Au Connacht : Healy, Adeleokun, Marmion, Muldoon, Connolly.

 

LES BUTEURS

Wisniewski 2T/2, 3P/3, 1DG/1.

O'Leary 1P/1, 3T/4

 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?