L’Arena s’ouvre au «VII»

  • L’Arena s’ouvre au «VII»
    L’Arena s’ouvre au «VII»
Publié le , mis à jour

S’il n’est pas encore sorti de terre, le stade Arena et ses 32 000 places assises intéressent déjà les instances du rugby mondial. Pour preuve, il devrait bientôt accueillir une étape du tournoi mondial de rugby à VII, prenant ainsi le relais de Jean Bouin.

Nous vous l’annoncions dans ces colonnes il y a quelques semaines, la livraison de l’Arena ( initialement prévue en janvier 2017 ) aura finalement plusieurs mois de retard, la faute à un sous-traitant italien ayant dernièrement déposé le bilan. Pourtant, le bijou de Jacky Lorenzetti est déjà très courtisé dans le monde du sport et du spectacle. Selon nos informations, il se pourrait en effet que l’Arena (32 000 places assises en configuration « rugby », 40 000 en con figuration « spectacle ») accueille une étape du circuit international à VII en mai 2020. Dernièrement, les patrons du rugby français Pierre Camou et Serge Blanco auraient même visité les installations implantées derrière le parvis de la Défense, suivis de près par des émissaires de World Rugby. Les caciques du rugby mondial ont-ils été séduits par le projet conjointement financé par la société de Jacky Lorenzetti (Ovalto) et le Conseil Général des Hauts-de-Seine ? Visiblement, oui. Très vite, le plus spectaculaire des tournois de rugby au monde pourrait donc faire une halte dans le « 92 », s’installant de ce fait en région parisienne de façon pérenne.

L’après Jean Bouin

Jusqu’à ce que ne soient concrétisées les tractations entre World Rugby et les dirigeants du Racing 92, le « Sevens » fera en effet étape au stade Jean-Bouin, de l’autre côté du périphérique et chez le grand rival du Stade français. Le contrat liant l’écrin du seizième arrondissement au tournoi à VII court sur quatre ans, de mai 2016 au printemps 2019. Pour mémoire, la France n’avait plus hébergé d’étape du circuit mondial depuis 2006. En 2005, les Bleus avaient remporté la compétition qui s’était déroulée dans l’ancien stade Jean Bouin, notamment grâce aux renforts inopinés de Vincent Clerc (Stade toulousain) et Julien Malzieu (ex Clermont, aujourd’hui licencié à Montpellier). Le Clermontois avait d’ailleurs été élu meilleur joueur du tournoi.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?