Paris mangé tout cru !

  • Paris mangé tout cru !
    Paris mangé tout cru !
Publié le , mis à jour

Face à des anglais du Leicester supérieurs dans presque tous les secteurs du jeu, les Parisiens ont dit au-revoir à leur rêve de Champions Cup et devront désormais se tourner du côté du Top 14 pour tenter de finir la saison sur une meilleure note. 

LEICESTER – STADE FRANCAIS 41-13 (MT 24 -13)

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

 

Résumé de la rencontre

Le Stade Français comptait sur ce quart-de-finale de Champions Cup pour se relancer dans cette saison 2015-2016 ... et c'est une nouvelle déception ! Dans les clous durant la première demi-heure, les joueurs de Gonzalo Quesada décrocheront complètement après deux essais encaissés coup sur coup (31 et 34e). La suite de la rencontre offrira un florilège de maladresses de la part des Parisiens qui encaisseront six essais et quarante-et-un points face à un Leicester plus réaliste et surtout mieux préparé à ce quart-de-finale. A noter tout de même que dans ce marasme les Parisiens ont tenu tête à leurs adversaires du jour dans le secteur de la mêlée fermée... un motif d'espoirs avant la dernière ligne droite qui attend le Stade-Français en Top 14.

 

Homme du match - Freddie Burns

Dans un rugby qui se veut moderne, il n'est plus envisageable de s'imposer sans un demi d'ouverture en grande forme. Et le moins que l'on puisse dire c'est que Freddie Burns a offert un récital face au Stade Français. Solide en défense, précis au pied et surtout impériale dans l'alternance, le numéro 10 du Leicester a constamment mis son équipe dans l'avancée. Sorti sous l'ovation du public à la cinquante-et-unième minute, semble-t-il touché au mollet gauche, l'international anglais (cinq sélections) a été le leader technique et tactique du Leicester dans cette qualification pour les demi-finales.

 

Tournant du match

Trois petites minutes, ponctuées par deux essais, suffiront à mettre à terre le Stade Français. Menés depuis la deuxième minute et un essai de Manu Tuilagi, les Parisiens réussissaient à ne pas être décrochés au score trente minutes durant... Mais deux essais encaissés coup sur coup par Vereniki Goneva (31e, crochet intérieur sur Julien Dupuy) puis Freddie Burns (34e, interception sur la médiane) viendront mettre un terme aux espoirs des joueurs emmenés par Gonzalo Quesada.

 

Le chiffre farfelu – Les poteaux reçus 5 sur 5

On savait que Sir Jonny Wilkinson s'entraînait en visant le poteau … Et il se pourrait bien que le champion du monde 2003 ait inspiré les buteurs ce dimanche après-midi. Si Morné Steyn démarrait la rencontre par deux poteaux (un sortant, l'autre rentrant) c'est avant-tout la performance du demi d'ouverture remplaçant de Leicester, Owen Williams, qui marquera les esprits... Car pour quatre coups de pieds tentés, le joueur de 24 ans heurtera trois fois les montants des perches parisiennes... Une anecdote drôle mais sans conséquence puisque ces trois échecs n'auront aucun impact sur un score déjà scellé à son entrée.

 

L'essai de la rencontre - Michael Fitzgerald 61e

Après un magnifique travail de Matthew Tait puis de Telusa Veainu, le ballon passait de mains en mains au sein de l'attaque anglaise. Et sur une dernière passe de l'excellent Vereniki Goneva, le troisième ligne aile Michael Fitzgerald mettait les cannes et allait à dam. Aussi spectaculaire que collectif, cet essai mettait un point final à la victoire du Leicester.

 

Le coup du sort - Essai de Manu Tuilagi (2e)

A la suite d'une interception de Peter Betham, sur une passe de Rabah Slimani, le ballon était prolongé et le rebon trompait l'arrière parisien, Djibril Camara. Heureusement pour le Stade Français, l'arrière international sortait in-extremis le cuivre en touche. Mais alors que les Parisiens n'étaient pas encore replacés, la touche jouée rapidement permettait à Manu Tuilagi de filer seul dans l'en-but. Ce n'est certainement pas le plus compliqué de sa carrière, mais en inscrivant un essai dès la deuxième minute suite à un maladresse parisienne, Manu Tuilagi donnait le ton de cette rencontre.

 

FICHE TECHNIQUE

A Welford Road (Leicester) – Dimanche à 14 h 45.
Arbitre : Nigel Owens (Galles)

Évolution du score : 7-0, 7-3, 10-3, 10-6, 17-6, 24-6 (MT) ; 24-13, 31-13, 36-13, 41-3.

 

Leicester : 6E Tuilagi (2e), Goneva (31e, 46e), Burns (34e), Fitzgerald (61e), Veainu (66e) ; 4T Burns (2e, 31e, 34e, 46e) ; 1P Burns (16e).

 

Stade Français : 1E Dupuy (43e) ; 1T Steyn (43e) ; 2P Steyn (8e, 25e)

Blessé : Flanquart (fracture du plancher orbital).

 

LEICESTER > 15. Tait (Cap.) ; 14. Veainu, 13. Betham, 12. Tuilagi, 11. Goneva (23. Thompstone 70e) ; 10. Burns (22. Williams 52e), 9. Youngs (21. Kitto 69e) ; 7. O'Connor, 8. McCaffrey (20. Croft 63e), 6. Fitzgerald (19. De Chaves 69e) ; 5. Kitchener, 4. Barrow ; 3. Cole (18. Balmain 67e), 2. Thacker (16. Bateman 62e), 1. Ayerza (17. Mulipola 63e).

 

STADE FRANCAIS > 15. Camara (23. Bonneval 64e) ; 14. Waisea, 13. Doumayrou, 12. Danty, 11. Sinzelle ; 10. Steyn (22. Plisson 52e), 9. Dupuy (21. Tomas 71e) ; 7. Lakafia, 8. Parisse (Cap.), 6. Ross (20. Alberts 52e) ; 5. Flanquart (19. Gabrillagues 35e), 4. Pyle ; 3. Slimani (18. Alo Emile 62e), 2. Bonfils (16. Burden 67e), 1. Zhvania (17. Priso 67e).

 

 

Les buteurs

Burns (4T/4, 1P/1), Williams (0P/2 ; 0T/2) ; Steyn (2P/3, 1T/1).

 

Les meilleurs

 

Tuilagi, Thacker, Burns, Kitchener, Youngs, Fitzgerald ; Bonfils, Zhvania, Dupuy.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?