Final perdant

  • Final perdant
    Final perdant
Publié le , mis à jour

Le 11 avril dernier, Saint-Estève-XIII catalan et Lézignan étaient adversaires pour l’obtention de la Coupe de France. Les Catalans ont mené (25-11) jusqu’à la 65ème minute et se sont effondrés toute fin de match. Un véritable calvaire pour les jeunes catalans qui n’espèrent pas revivre un tel scénario samedi prochain.  

Le résumé

 

Il y a presqu’un an jour pour jour, Saint-Estève –XIII catalan a disputé sa première finale de la Coupe de France. Ce  premier rendez-vous a été malheureusement  infructueux et pourtant jusqu’à la 65ème minute, les Catalans faisaient figures de vainqueurs. Ils avaient un confortable avantage au tableau d’affichage (25-11) avant de s’écrouler dans le dernier quart d’heure. En première période, ils ont copieusement dominé le débat à l’image d’une percée plein champs du pilier Gadwin Springer qui a brisé le rideau défensif lézignanais. Tout au long de cette première période, les Audois ont été mis sous pression et contraints à enchaîner les séquences défensives. En revanche, ils ont fait preuve d’un incroyable réalisme. En première période, ils ont réussi à bonifier leurs rares incursions dans le camp catalan. Contre toute attente, ils ont atteint la pause avec un petit point de déficit à combler (11-12) (ce qui pouvait augurer un espoir pour cette seconde mi-temps). A la reprise, une double réalisation de Stanislas Robin et Akim Mildoudi semblaient sceller le sort de cette rencontre et sonner le glas des espérances lézignanaises. Lézignan accusait un retard de quatorze unités (11-25).

Et pourtant, à  la surprise générale, les Audois ont été euphoriques en fin de rencontre. «  Notre force c’est de ne jamais nous avouer vaincus. Dans un match, il y a toujours des solutions à trouver. Je savais que mes joueurs allaient faire quelque chose », se souvient l’entraîneur Aurélien Cologni. Dans ce dernier quart d’heure, effectivement,  l’euphorie était lézignanaise. A la 65ème minute, un essai en bout de ligne de l’ailier Tucki Jackson avait redonné de l’oxygène dans les poumons audois. Entre la 70 et 73ème minute, deux banderilles de  l’ailier Fabien Poggi et du  remplaçant de luxe Charles Bouzinac crucifièrent les jeunes catalans. Ces derniers étaient KO debout. En fin de rencontre, ils n’ont pas trouvé la ressource nécessaire pour inverser le sort de la rencontre ou arracher le match nul.

 

Le tournant du match

 

Il est anecdotique. C’est le drop à une minute de la pause du demi de mêlée, Sébastien Grandjean. Le score passe alors de 10 à 12 à 11 à 12. Surtout ce point symbolique a permis à Lézignan de mener 27 à 25 et non 26 à 25. A 26-25, les Catalans auraient eu les arguments pour taper un drop et arracher la prolongation. A 27-25, ils étaient dans l’obligation marquer une pénalité. Or en cette fin de rencontre, ils étaient sous pression et dans l’incapacité de prendre le meilleur sur la défense audoise qui en fin de rencontre était bien en place.

 

L’homme du match

 

Le capitaine lézignanais, Jordi Lignères a été l’homme de cette finale. En défense, il avait payé de sa personne. Surtout en tant que capitaine, il a eu les ressources pour motiver ses troupes. Un grand meneur d’homme et un grand capitaine.

 

Les meilleurs

 

Fakir, Bouzinac, Lignères, Ferret, Grandjean, Carrère à Lézignan ; Miloudi, Robin, Springer à Saint-Estève-XIII catalan.

 

La fiche technique

A Carcassonne (11 avril 2015, 15 heures) Lézignan bat Saint-Estève-XIII catalan 27-25 (11-12). 

Arbitre : M. Vincent (Ligue Midi-Pyrénées), 4124 spectateurs.

Lézignan : 4 E Farlow ( 30e), Jackson (65e), Poggi (70e), Bouzinac (73e), 3 T Bouzinac (30e, 73e), Carrère (70e), 2 P Bouzinac (23e, 39e), 1 D Grandjean (39e).

Saint-Estève-XIII catalan : 4 E Springer (10e), Robin (25e, 45e), Miloudi (50e), 4 T Guasch (10e, 25e), Jouffret (45e, 50e), 1 D Miloudi (54e).

Lézignan : Ferret ;  Jackson,  Stacul, Michau, Poggi ; (o) Carrère, (m) Grandjean ; Lignères (cap) ; Cooper, Farlow ; Fakir, Liauzun, Tissyere. Sont entrés en jeu : Bouzinac, Ancely, Nègre, Griffi.

Saint-Estève-XIII catalan : Miloudi ; Sigismeau, Nègre, Ambert, Buche ; (o) Jouffret, (m) Robin ; Margalet ; Pérez, Navarette ; Maria, Guasch (cap), Springer. Sont entrés en jeu : Domergue, Rieux, Pagés, Maresta.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?