Ces huit stars qui changent d'air

  • Ces huit stars qui changent d'air
    Ces huit stars qui changent d'air
Publié le , mis à jour

Ils sont ou vont être les têtes d'affiche du championnat de France. Huit stars du rugby ont décidé cet été de changer d'air, d'accélérer leur carrière ou de relever un dernier challenge. Tour d'horizon de ces poids lourds qui par leurs transferts ont fait la une de l'actualité rugby.

Armitage : l'appel du LOU

Dans la masse d'arrivées annoncées par le LOU ces derniers temps, on en aurait presque oublié l'arrivée de l'international anglais. A 32 ans et après quatre saisons passées à Toulon, Delon Armitage va s'offrir un dernier défi : maintenir Lyon en Top 14. Après deux saisons 2011-12 et 2014-15 à faire illusion dans l'élite, les Lyonnais ont apporté de l'expérience à leur effectif afin de réussir leur pari. Armitage pourra compter sur ses partenaires toulonnais comme Menini, Bruni et Michalak.

 

Cudmore, un "X-Man" chez les "Oyomen"

Clermont perd là encore un de ses tauliers. Rattrapé par l'âge et les comotions, Jamie Cudmore a décidé de changer totalement de championnat pour la fin de sa carrière. En rejoignant Oyonnax la saison prochaine, il jouera en Pro D2. Un championnat de luttes, souvent âpres et viriles, où les prédispositions du canadien pour le rapport de force risquent de faire des étincelles. Gare aux cartons !

 

Gray fait "sauter" la banque

Convoité par Castres (qui voulait le gardere) et l'Union Bordeaux Bègles, le deuxième ligne écossais a signé au Stade Toulousain pour les quatre prochaines saisons. Le jeune joueur de 26 ans (aux 51 sélections) évoluait à Castres depuis 2013 mais il n'a pas résisté au prestige du voisin haut-garonnais qui a trouvé les arguments nécessaires pour le convaincre… Son salaire ? 41 000 euros nets par mois la première année.

 

Guitoune et la tentation Toulouse

L’ailier international a signé pour trois saisons avec les Rouge et Noir. Il se mêlera à la rude concurrence de l'un des plus grands clubs français. Pour les Toulousains, il s'agit d'une option de plus à l'arrière ou sur les ailes. Une manière de faire tourner sans perdre en qualité. Guitoune voit aussi plus loin : s'installer enfin dans le groupe France.

 

James, le "mûr" de l'Atlantique  

L’emblématique et expérimenté demi d’ouverture de l’ASM, Brock James, s’en va vers l’Atlantique. Pourtant lorsqu’il est arrivé en 2006, à Clermont, son talent ne faisait peur à personne. Mais les supporters clermontois vont déplorer son départ (c’est en partie grâce à lui qu’en 2010 Clermont souleva le Brennus). Et ceux de La Rochelle applaudissent son recrutement. Avoir un buteur de sa trempe et un telle expérience ressemble à une aubaine pour qui veut grandir.

 

Madigan et le syndrome Sexton

Après Adam Ashley-Cooper ou Sekope Kepu la saison dernière, l'UBB continue de recruter des stars afin de poursuivre son ascension. Et la saison prochaine, les Bordelais vont accueillir l'irlandais Ian Madigan. En provenance du Leinster, l'international aux 29 sélections, s'est engagé pour deux ans avec pour mission d'aider l'UBB à passer un cap et "s'assurer" d'une place régulière dans le Top 6. Avec Madigan et ses plus de 580 points sous les couleurs du Leinster, l'Union compte une fine gachette. Reste à savoir si son acclimatation au Top 14 sera aussi difficile qu'elle le fut pour son compatriote, Jonathan Sexton, qui n'a pas laissé un souvenir impérissable au Racing 92.

 

Picamoles, futur patient anglais

Le Top 14 perdra cet été une de ses principales têtes d'affiche. Louis Picamoles, le troisième ligne international, quittera Toulouse après sept saisons passées dans la ville rose pour rejoindre l'Angleterre. L'ancien montpelliérain aux 52 sélections a déjà signé un précontrat avec Northampton, pour trois ans. Actuellement cinquièmes de Premiership, les "Saints" vont ainsi renforcer leur troisième ligne afin d'essayer de reconquérir un titre national qui les fuit depuis deux ans. Le Stade Toulousain perd là un des ses cadres et va devoir combler ce départ assez rapidement.

 

Trinh-Duc, l'héritier de la Rade

C’est officiel depuis le mois de novembre : François Trinh-Duc va signer à Toulon pour la saison prochaine, et ce pour trois ans. Le but : progresser, améliorer son jeu au pied, espérer une place de titulaire en équipe de France et, surtout, gagner des titres. Le chemin va sûrement être long, mais le jeune joueur de 29 ans, compte bien prolonger sa carrière sur une bonne note. En choisissant le RCT, Trinh-Duc opte pour l'une des références mondiales mais il s'impose aussi le poids d'héritages lourds à porter : ceux de Michalak et plus encore de Wilkinson. 

 

Par Jessica Fiscal et Kevin Saccani

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?