Comment marchent les transferts?

  • Comment marchent les transferts?
    Comment marchent les transferts?
Publié le , mis à jour

La fin de saison approche, et on connaît quasiment les effectifs pour la saison prochaine. Mais alors comment marchent ces transferts? 

Le rugby n'est pas le football ! Et les marchés des transferts diffèrent également, ouvrant les portes d'univers et de fonctionnements radicalement opposés. Si le ballon rond s'est structuré autour de "fenêtres" précises (deux par ans) pour gérer et mettre en scène ses "mercatos", le rugby, lui, laisse libre court au marché. Logique, il n'a pas ou très peu cédé aux rachats de contrats qui font le miel du football (en rugby les clubs n'ont pas assez de moyens et les joueurs n'ont pas une valeur marchande assez forte) et l'on peut donc difficilement parler de transferts. Plutôt de mutations. Avec des joueurs qui sont libres de choisir leur future destination, quand bon leur semble. Le marché se fait souvent à "l’amiable" entre les joueurs et les clubs.

 

Des contrats à durées variables

Au niveau des contrats tout est mit en place pour que cela se passe le plus simplement possible. En effet, concernant un jeune, le club va choisir un contrat long, de 3 ou 4 ans, pour ainsi le préserver. Et au niveau économique, un jeune joueur coûte moins cher et ainsi le bloquer sur une période plus longue reste un avantage économique. En effet, cela permet de ne pas le renégocier tous les deux ans. Concernant les contrats espoirs, la durée de ces derniers est de trois saisons sportives maximum, il est renouvelable pendant toute la période dite de formation. Et une fois formé, le joueur en fin de contrat décide de la suite de son aventure en fonction des clubs qui sont intéressés. Pour un joueur plus âgé, les contrats vont se faire plus courts. Le contrat "classique" est le 2+1. C’est à dire que le joueur s’engage sur deux ans avec une année optionnelle qui peut être dénoncée avant une date déterminée par l’une des deux parties. En réalité c’est plus un contrat 3 moins 1. Un joueur qui va s’engager en septembre 2016 est en contrat jusqu’en 2019 mais le 31 décembre 2018, il peut d’ores et déjà voir son avenir ailleurs..

Par Jessica Fiscal. 

 

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?