L’exploit majuscule pour les filles d’Obernai

  • L’exploit majuscule pour les filles d’Obernai
    L’exploit majuscule pour les filles d’Obernai
Publié le , mis à jour

Un groupe de néophytes alsaciennes, venues d’Obernai, s’est qualifié pour la finale nationale UNSS.

Aucune ne joue au rugby dans un club, la plupart des filles ont découvert l’activité cette saison, et toutes ensemble, elles ont renversé une petite montagne. Les cadettes du Lycée agricole de la ville d’Obernai ont remporté mercredi 30 mars la finale interacadémique UNSS de la super région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, et participeront à la finale nationale de Compiègne (24, 25, 26 juin). Toutes leurs opposantes ont perdu pied contre ces Alsaciennes qui jouaient avec des maillots prêtés et des crampons tout neufs. Il n’y a pas de section rugby au lycée d’Obernai. Il n’y a qu’un professeur un peu acharné, un habitué de la bricole et de la chose expérimentale, Charlie Schaefer, l’ancien compagnon de route de Tonio Parra à Metz, revenu d’une affectation dans la Drôme en 2010 et qui depuis, enseigne dans ce lycée de cette petite ville de 10 000 habitants. Il ne pensait y rester aussi longtemps, « mais comme ma demande de mutation tarde à trouver une réponse positive, j’ai remis un peu de moi-même dans ce rugby scolaire si agréable ». Et c’est ainsi que, depuis trois ans, il distribuait çà et là des séances éparses, jusqu’à ce qu’un petit groupe de seconde se prenne un peu au jeu de ses prédictions : « Je leur ai dit qu’elles avaient un potentiel. Elles m’ont cru, et elles l’ont fait. »

Qui à 1 400 euros ?

Des footballeuses, des spécialistes en équitation, des handballeuses, des athlètes, une basketteuse, on trouve de tout dans ce groupe composite. Des filles de secondes, et aussi de première et de terminale, et de toutes les sections du lycée, de la filière agricole et de la filière générale. « C’est absolument magnifique comme promotion de la mixité des genres scolaires », s’en réjouit Schaeffer, qui prépare à la hâte son voyage aux « Frances ». Il avait rendu ses maillots au comité départemental du Bas-Rhin, qui les lui avait prêtés pour la saison. Il doit les récupérer, ceux-là ou bien d’autres. Il doit aussi trouver 1 400 euros pour payer ce déplacement improbable à Compiègne, et complètement inimaginable en début de saison. « Je savais que nous pourrions finir premier de l’académie, mais je ne savais pas du tout où nous mettrions les pieds en inter-académique. Finalement, excepté l’expérience de ce sport, ces filles ont tout ce qu’il faut. Elles plaquent, elles se font des passes, elles courent partout, et elles sont solidaires. Elles sont tout simplement incroyables. »

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?