Perpignan jusqu'au bout

  • Perpignan jusqu'au bout
    Perpignan jusqu'au bout
Publié le , mis à jour

 Les Catalans (5e) défieront ce soir (20h45) Montauban à Sapiac et tenteront de s’imposer pour regarder vers le haut dans la course à la qualification. Et laver l’affront du match aller. Une défaite qui avait déstabilisé le collectif catalan.

La mémoire dans la peau

 

Certaines cicatrices mettent du temps à se refermer totalement. Le soir du 6 novembre dernier, l’Usap était tombée à Aimé Giral face à des Montalbanais décomplexés (13-20). Un revers qui avait fait voler en éclats les certitudes catalanes après un début de saison maîtrisé, entraînant une crise de confiance néfaste. Depuis, Perpignan s’est relevé et n’a plus concédé une seule défaite dans son antre (nul face à Colomiers). Mais ce match reste gravé dans les esprits selon François Gélez : « Ce n’est jamais très agréable de perdre à domicile et nous gardons donc un goût très amer de cette défaite. Et ce soir, on a l’occasion de remettre les pendules à l’heure, même si ça n’effacera pas cette défaite. »

Cette opposition aura donc un parfum de revanche pour les coéquipiers d’Alan Brazo, qui ont également ciblé ce déplacement comme le plus abordable des trois restants. Car ils se déplaceront ensuite à Aurillac puis à Dax, deux formations aux destins inversés, qui luteront jusqu’au bout pour la qualification et le maintien. Et l’Usap s’est qu’elle devra au moins s’imposer une fois hors de ses bases, si elle souhaite viser plus qu’une demi-finale à l’extérieur : « C’est vrai que Montauban (11e) n’a plus rien a joué dans ce championnat. Et cela peut-être à mon sens un bon comme un mauvais point pour nous. On a vu sur les derniers matchs que nos adversaires jouaient sans complexe. Ils n’hésitent pas à relancer de leur en-but et proposent beaucoup de jeu. Alors soit on fait comme Bayonne chez eux. On y va un peu en dilettante et on va prendre des relances de 80 mètres toute la partie. Soit on rentre vite dans le match et on est attentif à chaque instant. On pourra alors peut-être ramener des points. C’est notre objectif  », note Brazo.

 

La clé de la défense

 

Après avoir retrouvé un élan offensif porteur ces dernières semaines, les Sang et Or se sont donc concentrés sur leur défense pour relever le défi montalbanais : « Montauban aime amorcer des contre-attaques et jouer dans le dos des défenses. Nous sommes prévenus. On aime nous aussi développer du jeu mais attention de ne pas tomber dans le piège de vouloir jouer tous les ballons. Il faudra avant cela relever le défi physique proposé devant, car ils s’appuient sur un pack solide et une grosse mêlée », ajoute-t-il.

Perpignan connaît donc la marche à suivre pour vaincre le signe indien à l’extérieur. Les catalans n’ont plus gagné en déplacement depuis six mois (à Bourgoin le 16 octobre) : « Comment gagner à l’extérieur ? On se pose la question depuis six mois et on connaît la recette. Maintenant il faut savoir l’appliquer. Nous devrons être solides en conquête, très bon en défense où une grosse épreuve nous attends et surtout, très disciplinés. Car j’ai souvenir de plusieurs matchs où des cartons nous avaient grandement pénalisés. »

L’Usap veut surfer sur sa bonne dynamique pour continuer à regarder vers le haut dans la course à la qualification. Et viser in fine une demi-finale à domicile (cinq points de retard sur Aurillac, 3e) : « Si on gagne à Montauban, ce serait déjà une très bonne chose de faite. Et une épine de moins dans le pied. Car après, à Aurillac et Dax, ce sera très difficile pour nous », conclut Enzo Selponi. » Dans l’espoir de rêver jusqu’à la fin, les Sang et Or doivent triompher à Montauban ce soir. S’affranchir d’un passé traumatisant pour se construire un avenir doré. Telle est leur mission ! 

 

Par Julien Louis

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?