Cellule technique : une révolution pour le XV de France

  • Cellule technique : une révolution pour le XV de France
    Cellule technique : une révolution pour le XV de France
Publié le , mis à jour

Midi Olympique s’est procuré le document de synthèse (dossier complet à lire dans l'édition du jour) présenté jeudi dernier aux présidents Camou et Goze, intitulé «Améliorer la compétitivité du XV de France». En 15 mesures, la cellule technique y propose une nouvelle organisation, avec des décisions concrètes et réalistes qui doivent vite entrer en vigueur. 

La nouvelle fut accueillie avec la défiance qui sied au genre. Sur le papier, en pleine crise d’un Mondial qui révéla les plus profondes insuffisances du rugby français, l’instauration de la Cellule technique FFR/LNR appelée à sauver le XV de France ressembla longtemps à un vaste attrape-couillons, une impasse dans laquelle pouvaient plonger les supporters tricolores. Et perdre leurs illusions. 

Vous voulez la stricte vérité ? Personne n’y croyait vraiment. Même pas les joueurs, méfiants et défiants, si l’on en croit cet international à la retraire depuis une dizaine d’années, qui nous confia au lendemain de la performance du XV de France en Ecosse, mi-mars. «La Cellule technique ? Du vent… Moi je n’en attends rien. Elle a mis un bon mois avant d’être lancée, après les interminables négociations entre la Ligue et la Fédération. C’est la preuve que personne ne veut fondamentalement faire bouger les choses. Les Bleus sont les cocus de l’histoire et ils le resteront tant qu’ils ne se prendront pas en mains. Il faudra bien qu’ils se mobilisent et, qu’en suivant, nous même les y aidions.»

Qu’il se rassure, les joueurs ne sont pas les seuls à souffler un tel vent de changement. Quinze jours après la fin du Tournoi 2016 qui a vu les Bleus terminer à une peu glorieuse cinquième place, tous les préjugés pourraient en effet voler en éclats dans les semaines qui viennent. Nous nous sommes en effet procuré les conclusions de la Cellule technique, présentées et motivées dans un document de 64 pages remis jeudi dernier aux présidents Pierre Camou et Paul Goze. 

«cautions» présidentielles

Cette synthèse est le fruit de 45 auditions menées pendant neuf semaines (lire ci-contre) qui ont permis de coucher sur le papier 15 mesures prioritaires, souvent urgentes, destinées à donner au XV de France les moyens d’être plus compétitif dans l’avenir.

Sur le fond et la forme, c’est une vraie révolution qui s’offre au rugby français, engoncé jusqu’alors dans ses certitudes et porté par la dynamique insufflée par le Top 14, décrété « meilleur championnat du monde ». Un rugby français pourtant isolé sur l’échiquier Mondial pour ce qui est de ses structures et de son organisation. Mais, par la force des résultats, le modèle des clubs ne peut plus guigner sa vitrine (l’équipe de France) et se battre en permanence contre les calendriers internationaux. Parce qu’il est seul au front (les clubs anglais et leur fédération ont trouvé la paix), il devra désormais composer. Sur ce point, les conclusions de la Cellule technique sont sans concession. 

Les présences de présidents (Cazeaux et Savare), de directeurs généraux (Lhermet et Landreau), tous réunis au sein de la Cellule, apportent une force nouvelle aux réflexions et aux propositions livrées à la Fédération et à la Ligue ; si elles ne sont pas toutes innovantes (pour beaucoup inspirées par le modèle anglais), elles font la synthèse des forces vives du rugby d’élite français et de sa réalité. Pour une fois, certainement la première si l’on met de côté le travail réalisé lors des Assises du Rugby organisées par Pierre Camou en 2012, c’est un consensus qui semble s’être dégagé au bénéfice du XV de France. Sur le papier, et pour le moment, les divisions sont oubliées. La Cellule affirme une volonté nouvelle de faire changer les choses, et de casser l’immobilisme. Faisant fi des chapelles. 

Vers un top 12 et une plus grande préparation des joueurs 

Lesdites propositions à valeur d’engagement portent sur l’organisation générale du rugby français, sa formation et ses compétitions en évoluant notamment vers un Top 12 (avec une seule descente). Des mesures à long (avec suivi du projet et réflexions complémentaires), moyen et surtout court terme puisque, dans leur majorité, les articles pourront -devront- être mises en place dès la saison prochaine si la FFR et la LNR suivent les recommandations de la Cellule. Exemple ? Les internationaux qui partiront en tournée au mois de juin ne pas rejoueront en Top 14 avant le mois de septembre (entre le 1er et le 15 selon les cas). Ceci pour récupérer physiquement, assurer un développement individuel technique et physique, arriver en forme au moment des tests de Novembre. Exemple, encore,avec les huit semaines «bloquées» pendant le Tournoi sans que les joueurs identifiés «élite» ne rejouent en club, même quand le XV de France fait relâche (seules les années de Coupe du monde reviennent sur ces week-end «protégés» pendant le Tournoi). 

Indemnités revues à la hausse

Si l’union sacrée reste à sceller entre les clubs, la Ligue et la FFR pour que ces mesures soient adoptées, la Cellule a largement dégagé le terrain en proposant des solutions concrètes et elles aussi immédiates pour dédommager les clubs. D’abord les indemnités journalières (de 1300 à 2000 euros par jours), ensuite le Salary cap (le «bonus» pour chaque international passe de 100 à 200 000 euros) et enfin les jokers... Autant d’éléments qui pourraient faire pencher la balance dans le camp du changement. Reste à savoir si la Ligue et la FFR suivront le mouvement.

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?