Labit : « Priver Toulouse du bonus c'est important »

  • Labit : « Priver Toulouse du bonus c'est important »
    Labit : « Priver Toulouse du bonus c'est important »
Publié le , mis à jour

Le co-entraîneur du Racing 92 a tenu a féliciter ses joueurs sur leurs investissements, et se dit heureux d'avoir pu rivaliser avec Toulouse ce dimanche après midi malgré une équipe remaniée.

Vous avez alignez une équipe remaniée aujourd'hui pour affronter Toulouse, pourquoi ce choix ?

 

Laurent Labit : « On a peu de joueurs qui ont l'habitude de faire des grands match mais on voulait leur montrer qu'on leur faisait confiance. Pour la plupart, ce sont des jeunes formés au club qui vont donc participer à l'avenir du Racinf. Aujourd'hui on savait qu'on allait avoir des soucis dans la cohésion, dans la conduite du jeu car on allait manquer de repères collectifs. Mais sincèrement en terme d'investissement on est très fiers de nous. »

 

Malgré cet investissement, on suppose que vous êtes déçus ?

 

« Biensûr, car le championnat est quelque chose d'important. Les phases finales arrivent vite et l'avantage du terrain nous satisferait. On sait que cela va être difficile, d'affronter les deux compétitions surtout avec des équipes comme Clermont, Toulon et Montpellier. En dépit de ça, avec l'investissement que les joueurs ont donnés aujourd'hui on aurait mérité de partir avec au moins un point. »

 

Devons-nous nous inquiéter des sorties de Nyanga et Le Roux (sortis respectivement à la 52e et 75e) ?

 

 « Yannick s'est tordu la cheville et on a décidé de le sortir en vue de notre fin de saison. Quant à Bernard, il avait un soucis au niveau du dos qui s'était déjà manifesté dans la matinée. On a tout de même voulu le faire rentré mais au bout de 18 minutes de jeu, il sentait les douleurs revenir, on a donc préféré le préservé pour la suite. »

C'était un signe fort de donner le capitanat à Yannick Nyanga, ici, au Stadium où il a évolué pendant 10 ans ?

« Oui, mais en vue de l'équipe qu'on alignait aujourd'hui c'était soit lui soit Virgile Lacombe, donc ça aurait été la même chose (Virgile Lacombe a notamment évolué au Stade Toulousain pendant plus de 12 ans). Ce sont deux joueurs très importants au sein de l'équipe. Des vrais coéquipiers, qui ont un vrai état d'esprit de club. Yannick Nyanga est arrivé au Racing cette saison, mais nous avons l'impression qu'il est là depuis le début avec nous. Il encadre les jeunes, il parle avec tout le monde et il assume tout à fait son statut qu'il soit titulaire, remplaçant ou même pas présent dans le groupe. Donc quand on a la chance d'avoir des joueurs comme ça, c'est important de leur donner des responsabilités. Et à l'avenir Yannick est typiquement le joueur qui pourrait être capitaine plus souvent »

 

Vous estimez avoir bien préparé cette future demi-finale qui vous attend dimanche 24 avril face à Leicester ?

 

« On verra ça dimanche soir. Mais comme d'habitude, on nous avait reproché d'être allé à Bordeaux avec une équipe aussi remaniée, alors que Toulon avait aligné tous ces meilleurs joueurs face à Clermont. Chacun a ses méthodes et ses recettes. »

 

Quelle était l'idée de faire venir des joueurs comme Machenaud ou Dulin alors qu'ils ne figuraient même pas sur la feuille de match ?

 

 « Certains venaient au cas où et la plupart ont demandé à venir pour être avec les jeunes, pour être avec le groupe. C'est aussi une forme de respect car la plupart du temps, c'est l'inverse. »

 

Priver Toulouse du bonus offensif, c’est une satisfaction ?

 

 

« Biensûr, en vue du sprint final, accorder à Toulouse une victoire à seulement quatre points c'est important. On espère finir dans les quatre premiers pour avoir une chance de recevoir, ce qui au rugby, est un avantage considérable. Ce qui est aussi intéressant c'est qu'on a réussi à rivaliser avec les Toulousains en seconde période (0-0). »

 

 

Par Jessica Fiscal

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?