Leicester, le vrai raté de l’ère Guazzini

  • Leicester, le vrai raté de l’ère Guazzini
    Leicester, le vrai raté de l’ère Guazzini
Publié le , mis à jour

Disputée au Parc des Princes, la finale de Coupe d’Europe 2001, face à Leicester, tourna au cauchemar pour le Stade français qui mettra plusieurs mois pour s’en remettre.

19 mai 2001. Le Parc des Princes est gorgé de soleil et de supporters à grande majorité parisiens même si 2 000 supporters des Tigers de Leicester sont réunis. Championne de France en titre, tout est réuni pour le sacre européen de la formation présidée par l’emblématique Max Guazzini. Depuis quatre ans sous sa présidence, ses joueurs sont devenus l’égal du Stade toulousain et sont sur le point de le rejoindre sur le toit de l’Europe. Pourtant, quelques jours avant le match, va se dérouler en coulisses un évènement lourd de conséquences. Le demi-de-mêlée international, Christophe Laussucq, qui se remet d’une entorse de la cheville qui l’a privé de demi-finale, n’est pas choisi dans le XV de départ par l’Australien John Connolly. L'entraîneur lui préfère le Canadien, Morgan Williams. Laussucq est un des patrons du vestiaire, un cadre de l’équipe. Ce choix passe mal au sein du groupe et auprès du joueur qui s’enfuit à 72 heures du coup d’envoi, vers sa région d’origine bordelaise. Connolly restera inflexible et Laussucq finira remplaçant. Williams manquera sa finale et Dominguez, malgré son talent et ses 30 points, ne pourra pas offrir le titre. Une semaine plus tard, le Stade français chutera à nouveau, en quart de finale de championnat face à Biarritz. Une fois de plus à domicile. En cette quinzaine, le Stade français a perdu plus qu’une Coupe d’Europe. Ce match marque une fracture entre le technicien australien et son groupe. Il sera remercié quelques semaines après, pour faire place à Nick Mallett.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?