Grenoble a explosé

  • Grenoble a explosé
    Grenoble a explosé
Publié le

Plombés par les blessures, submergés par l'événement et pour tout dire méconnaissables, les Grenoblois ont longtemps résisté avant de sombrer au cours d'un deuxième acte à sens unique, laissant aux Harlequins leur ticket pour la finale à Lyon (30-6). 

Harlequins 30 - 6 Grenoble

Par Nicolas Zanardi

 

Résumé de la rencontre

Certes, les Grenoblois étaient présentés avant le match comme les grand outsiders de la rencontre. Certes, ces derniers ont laissé beaucoup de plumes au cours d'un premier quart d'heure catastrophique, avec les sorties sur blessure du pilier Dayna Edwards puis du centre Nigel Hunt. Le prix à payer du matraquage en règle de Harlequins plus puissants et davantage maîtres de l'événement, à l'image de l'essai limpide inscrit par Jamie Roberts... Tout avait mal commencé donc et pourtant, longtemps, les Grenoblois pourront nourrir des regrets, aussi bizarre que cela puisse paraître pour une défaite à trente points. Faut-il y voir de la timidité, ou un surplus de pression lié à l'événement ? Le fait est que les Isérois ont manqué leurs entames, et n'ont surtout pas récité leur jeu habituel, se contentant de rendre au pied des ballons trop faciles à Mike Brown qui réduisirent à néant leur nette domination de la fin de première mi-temps. Face à des Harlequins qui ne se sont pas privés d'accélérer après l'entrée en jeu de Nick Evans, les Grenoblois n'ont tout simplement pas fait le poids.

 

Le tournant de la rencontre

Revenus des vestiaires après la mi-temps avec la volonté de tuer le match, les Anglais ont longtemps buté sur une défense alpine bien en place. Jusqu'à l'entrée en jeu de Nick Evans... Dès son premier ballon, l'ancien ouvreur des all blacks portait l'estocade d'un exploit individuel, en glissant le ballon dans le dos du premier rideau isérois pour plonger sous les poteaux. De quoi renvoyer le FCG à -14 au score, et doucher de bien maigres espoirs...

 

L'action de la rencontre

Il s'agit évidemment de l'essai de Jamie Roberts, tout en conservation du ballon. Après un maul bien négocié et plusieurs temps de jeu en force négociés autour du vétéran Nick Easter, les Harlequins se créaient une situation de surnombre sur le renversement, brillamment lue par Botica. Malgré le beau retour de Dupont sur Visser, les Anglais pénétraient ainsi les 22 mètres grenoblois. C'est alors que Jamie Roberts récita une course selon un de ces angles rentrants dont il a le secret, visant intelligemment l'intervalle entre le deuxième ligne Percival et le pilier Desmaison, au ras d'un regroupement. Un essai sans coup inscrit sans coup férir par le Gallois, gratifiant en outre le Stoop d'un plongeon aussi ample que moyennement maîtrisé...

 

Le joueur de la rencontre

On aurait pu parler ici de Jamie Roberts, dont la puissance a fait peser une menace constante, ou de James Horwill, cerveau de l'alignement des Quins et précieux dans le combat au sol. Toutefois, c'est bien l'entrée en jeu du stratège Nick Evans qui a fait basculer la rencontre. Blessé depuis février et attendu comme entraîneur-joueur la saison prochaines, l'ouvreur des Harlequins n'a pas manqué son retour à la compétition. Ce dernier a notamment fait pencher la balance en trouvant la solution dans le dos d'un premier rideau alpin très renforcé, exploitant les absences en couverture du demi de mêlée Charl McLeod. Auteur d'un essai personnel sur un coup de pied rasant (lire le tournant), Evans a en outre offert un essai de la même veine à son centre Lowe, sans oublier une pénalité. Bilan du passage du kiwi sur la pelouse ? Un 17-0 sec pour les Harlequins. Circulez, y a rien à voir...

 

FICHE TECHNIQUE

Au Twickenham Stoop – Vendredi à 19h45 locales – 10063 spectateurs

Arbitre : M. Lacey (Irlande)

Évolution du score : 3-0, 10-0, 10-3, 13-3, 13-6 (MT) ; 20-6, 23-6, 30-6.

 

HARLEQUINS : 3E Roberts (12e), Evans (54e), Lowe (69e) ; 3T Botica (12e), Evans (55e, 70e) ; 3P Botica (7e, 18e), Evans (67e).

GRENOBLE : 2P Wisniewski (16e, 27e).

Blessés : Edwards (commotion), Hunt (genou), Vanderglas (main).

 

Harlequins : 15. Brown ; 14. Yarde, 13. Lowe (23. Chisholm 72e), 12. Roberts, 11. Visser ; 10. Botica (22. Evans 51e), 9. Care (Cap.) (21. Dickson 70e) ; 7. Wallace, 8. Easter (20. Clifford 62e), 6. Robshaw ; 5. Twomey (19. Matthews 67e), 4. Horwill ; 3. A.Jones (18. Sinckler 57e), 2. Gray (16. Ward 75e), 1. Marler (17. Lambert 75e).

 

Grenoble : 15. Aplon ; 14. Mignot (22. Gengenbacher 64e), 13. Farrell, 12. Hunt (23. Estebanez 11e), 11. Dupont ; 10. Wisniewski, 9. McLeod ; 7. Alexandre, 8. Setephano, 6. Diaby (20. Vanderglas, 67e puis 21. Hart, 70e) ; 5. Percival (19. Marie 67e), 4. Hand (Cap.) ; 3. Edwards (18. Desmaison 9e), 2. Héguy (16. Jammes 62e), 1. Taumalolo (17. Barcella 57e).

 

Les meilleurs

Roberts, Botica, Evans, Care, Robshaw, Horwill, Marler ; Alexandre, Setephano, Diaby.

 

Les buteurs

Botica (1T/1, 2P/2), Evans (2T/2, 1P/2, 0DG/1) ; Wisniewski (2P/2).

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?