L’attraction arrière

  • L’attraction arrière
    L’attraction arrière
Publié le , mis à jour

Titularisé en numéro 15 face à Newport en l’absence de Mogg, blessé, l’international français veut confirmer sa montée en puissance.

D’un raffût, Benjamin Fall stoppe net les idées reçues qui le poursuivent depuis tant d’années et finissent par le lasser : « J’ai toujours cette étiquette de joueur fragile. Alors que si on regarde toutes mes saisons à l’exception de 2011-2012 (rupture des ligaments croisés, N.D.L.R.), je joue pas mal de matchs. Je ne suis donc pas tout le temps blessé comme les gens le disent… Cette réputation est injustifiée, car nous faisons un sport de contact et, souvent, je n’ai pas eu de chance ! Cette fausse image ne me fait pas souffrir, mais elle m’énerve. Car j’ai l’impression qu’on retient de moi que mes blessures. »

Ses nombreuses blessures, l’intéressé ne les occulte pas. Elles font partie de la construction de sa force de caractère. Un genou à terre, il se relève toujours. Sans changer de mentalité : « Cette saison, c’est une petite blessure (subluxation de la rotule face aux Harlequins) qui m’a privé du Tournoi des 6 Nations. Le timing n’est certes jamais bon. Mais je ne suis pas là non plus pour gérer mon corps sur un match. Je me donne toujours à 200 %. Je ne triche jamais avec mon club pour jouer la carte équipe de France. Et ça, on ne pourra pas me le reprocher. » Cette année, Fall a d’ailleurs dépassé son record de matchs joués au cours d’une saison (21 contre 19 en 2010-2011 ; 5 essais marqués). Et réalise à 27 ans, son exercice référence, notamment dans la régularité de ses performances.

92 % de duels aériens gagnés

Utilisé fréquemment à l’aile, l’international français (6 sélections) glisse avec aisance à l’arrière. Un poste où il évoluera pour la cinquième fois samedi face à Newport, en remplacement de Mogg, blessé. Et quand Fall porte le numéro 15, le MHR gagne à chaque fois (La Rochelle, Castres, Brive et au Stade Français). Son jeu au pied, moins performant que celui de l’Australien, n’est pas rédhibitoire. Même dans le système héraultais où il prédomine. Car la présence de Steyn au centre fait la différence. Le Sud-Africain décroche pour se charger du jeu d’occupation, afin de libérer Fall. Rapide, puissant et élégant balle en mains, l’intéressé apporte plus de folie et de danger que Mogg. Avantagé par l’évolution du jeu offensif montpelliérain, qui n’interdit plus de jouer dans ses cinquante mètres. Propre en défense où il reste perfectible, l’ex-Francilien se montre très efficace dans les airs (92 % de duels aériens gagnés) et s’impose donc comme un joueur complet.

Demain, Fall voudra poursuivre sa montée en puissance. Et briller plus que son vis-à-vis de Newport, le talentueux Sud-Africain, Carl Meyer : « Newport va, comme Sale, être très agressif, beaucoup jouer et nous imposer un gros rythme. On ne doit surtout pas les prendre de haut, malgré nos huit succès consécutifs. Il faut rester très concentrés pour essayer de retarder au maximum cette première défaite. Et éviter ainsi qu’un grain de sable ne vienne enrayer la machine. Nous voulons passer ce tour, afin de décrocher derrière un premier titre pour écrire notre histoire. » Celle d’un groupe soudé dans l’adversité où Benjamin Fall s’est révélé.

Par Julien Louis.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?