Championnat à 32 : l’idée de Lucien Simon

  • Championnat à 32 : l’idée de Lucien Simon
    Championnat à 32 : l’idée de Lucien Simon
Publié le , mis à jour

Par delà le top 12 et le top 16, deux autres formules de championnat connaissent aussi quelques adeptes. Ainsi du championnat de France à 32 clubs défendu par Lucien Simon. élargi à l’ensemble des clubs professionnels au départ, elle se resserre au fur et à mesure de la saison.

L’idée, on le sait, vient de Lucien Simon. De prime abord, elle peut sembler aller à contre-courant d’une supposée modernité. Elle préfigurerait même un grand retour en arrière. Et pourtant, elle mérite que l’on s’y attarde. Élargie à 32 clubs, l’élite du rugby français irait en se resserrant au fil de la saison, jusqu’à ne plus intéresser que deux clubs en vue d’une Coupe du Monde des clubs. Le championnat se déroulerait de la sorte : 4 poules de huit clubs dans un premier temps, lesquelles déboucheraient sur des Play off et des Play down. Les quatre premiers de chaque poule disputeraient les Play off, les quatre derniers les Play Down. Lesquels se joueraient indifféremment en quatre poules de quatre clubs. Les premiers de chaque poule des Play off disputeraient les demi-finales, les quatre derniers des Play-down descendraient en division inférieure. Les deux finalistes du championnat étant enfin appelés à disputer la Coupe du Monde des clubs que semblent également vouloir les nations du Sud et les Britanniques.

Avantages

Cette formule a le mérite de ne plus cloisonner les clubs professionnels et redonne de l’espoir aux plus faibles, sportivement mais aussi économiquement.

Les grands clubs défavorisés dans un premier temps, pourraient s’y retrouver dans la deuxième partie de la saison.

Elle favorise la surcharge du calendrier et, partant, l’équipe de France, avec six dates gagnées. Elle met fin aux « doublons ».

Elle permet à de jeunes joueurs d’avoir du « temps de jeu » et autorise les plus démunis à garder leurs meilleurs espoirs. Elle évite la surenchère financière qui veut que les mieux fournis aient désormais trois stars par poste. Elle redonne indirectement des couleurs à la Coupe d’Europe qui, de fait, prend plus d’ampleur. Elle évite l’angoisse maximale de la « descente » et peut autoriser un surcroît de jeu. Elle permet d’ouvrir le championnat à une compétition internationale clubs/provinces. Elle permet aux internationaux de mieux se préparer et de mieux se reposer.

Inconvénients

Cette formule s’oppose à l’intérêt des télévisions tournées vers une super élite et favorables à une poule unique. Elle induit des sacrifices de la part des grands clubs, tenus de jouer une première phase sans grand intérêt pour eux. Elle préfigure un retour en arrière peu prisé par certains partenaires. Elle va à l’encontre du rugby business voulu par de nombreux présidents de clubs. Elle ne semble surtout pas requérir l’attention du plus grand nombre à ce jour…

Jacques Verdier
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?