Rêves de titre

  • Rêves de titre
    Rêves de titre
Publié le , mis à jour

Quatre équipes du Grand-Ouest sont conviées à la fête des quarts de finale.

Au terme de la phase qualificative, la poule 2 du challenge Armelle-Auclair a livré son verdict. Quatre clubs de notre région Grand-Ouest participeront le 1er mai prochain aux quarts de finale. Bayonne affrontera Lyon, Lons sera opposé à La Valette, Bordeaux-ASPTT à Sassenage et Tarbes se heurtera au leader de la poule 1 Romagnat. Dans chaque camp l’événement provoque une certaine effervescence. Quatre joueuses témoignent. Sophie Serres de Tarbes : « Nous sommes challengers et nous allons tout faire pour inverser le pronostic. Sur un match tout peut se jouer. Cela fait deux ans que nous sommes dans le dur, l’an dernier nous étions sur le maintien et cette qualification est un bonus. Ce quart de finale nous donne un nouvel élan, un regain d’énergie. La qualif on en parlait sans trop y croire, à nous maintenant de jouer. »

Sophie Mothes du Stade bordelais : « En quart de finale tout le monde a ses chances, même troisième de poule. Cela ne veut rien dire dans un match couperet que nous allons aborder différemment des rencontres de poule. On a des certitudes sur certains aspects de notre jeu et l’objectif est d’aller au bout. On a toutes nos chances mais notre plus gros adversaire c’est nous-mêmes. »

Lise Arricastre du Lons RFBP : « Nous avons dû rapidement digérer la déception de la défaite à Bayonne. Cela va changer l’approche de l’événement, nous avons plus de rage, plus d’envie, mais nous savons que tout peut arriver. Nous devons tout donner comme si c’était le dernier match de la saison. On veut gagner pour monter au plus haut niveau et pour donner une bonne image de ce jeune club (Lons est associé à la SASP Section paloise, N.D.L.R.). Et j’espère que nous aurons une belle contre Bayonne. »

Magali Haïçaguerre capitaine de l’AS Bayonne : « Nous avions prévu de jouer la première place dans le dernier match contre Lons. En termes d’engagement et d’intensité cela a été une bonne préparation. Nous avons des blessées et il va falloir peaufiner nos lancements et confirmer les repères mis en place depuis mars. Le collectif peut s’appuyer sur le vécu d’un noyau de championnes de France il y a deux ans et finalistes l’an dernier. Il y a l’envie, certes, mais ça va se jouer sur la défense et les impacts. » G. P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?