Lille face à sa bête noire

  • Lille face à sa bête noire
    Lille face à sa bête noire
Publié le , mis à jour

Les Lilloises affronteront les filles de Blagnac-Saint-Orens en demi-finale, contre lesquelles elles ont perdu deux fois.

Les « putains de nanas » se sont mises dans une situation un peu fâcheuse en perdant chez elles la semaine dernières contre Blagnac-Saint-Orens (15-22). Lors de cette belle fête pour cette dernière sortie de la saison régulière, organisée au Stadium Nord, avec leurs partenaires et leurs sympathisants, elles sont passées à côté de leur sujet. « Je n’ai pas reconnu notre équipe », a dit leur entraîneur Damien Couvreur. Cette opposition était étrange par nature. À moins d’infliger un succès bonifié hypothétique à leurs adversaires, les Lilloises ne pouvaient en tirer aucun enjeu. Les rangs de sorties en phases finales semblaient figés. Ainsi, ce match précédait de quinze jours les retrouvailles programmées de ces deux équipes en demi-finales du championnat de France. Elles joueront dimanche la première manche à Blagnac, avant le retour à Lille la semaine suivante. La défaite concédées par les Lilloises a lancé cette double confrontation éliminatoire sur des bases un peu préoccupantes pour elles. Elles avaient déjà perdu le match aller à Blagnac. Elles joueront contre des adversaires moins bien classées, moins expérimentées, mais qui ont trouvé deux fois les solutions contre elles pour les mettre à terre.

Le retour des « septistes »

Depuis leur arrivée dans l’élite, les Lilloises se sont déjà hissées deux fois en finale en remportant leur demi-finale sur match sec. La seule fois où elles ont échoué à y accéder, il y a deux ans, elles avaient perdu contre Bobigny selon les termes d’une double confrontation. La double défaite contre Blagnac-Saint-Orens agit donc nécessairement comme une sonnerie d’alerte. Elles ont tout fait pour toucher leur meilleur niveau sur cette fin de parcours. Elles ont même reçu le soutien des joueurs de Lille, venus participer à l’un de leurs entraînements en tant que « sparring partner » sympathisants poids lourds. La capitaine Laura Di Muzzio y a d’ailleurs subi un K.-O. C’est pourquoi elle n’a pas joué le match contre Blagnac. Elle sera là dimanche, comme les revenantes internationales de rugby à VII Shanon Izard et Chloé Pelle. Au complet, leur équipe s’avance confiante mais en sachant que Marjorie Mayans et ses camarades de Blagnac ont développé pour les contrer des opinons stratégiques affermies, qui ont déjà fonctionné deux fois.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?