Toulouse en puissance

  • Toulouse en puissance
    Toulouse en puissance
Publié le

Sans génie mais avec pragmatisme, les Stadistes se sont appuyés sur leur mêlée et leur défense pour s'adjuger un précieux succès face au RC Toulon (12-10). De quoi faire de nouveau figure de prétendants au Brennus...

LE MATCH

 

Hâché. Et encore, on se serait presque tâté pour rajouter un I... C'est en effet au terme d'une succession de ballons portés, de mêlées, de touches et surtout d'arrêts de jeu que le Stade toulousain s'est imposé au terme d'un match monocorde, cadenassé par les défenses. Car si l'on put croire en fin de première période que la puissance des Toulonnais allait leur permettre de prendre le dessus à l'usure sur les Toulousains, il n'en fut finalement rien. Au contraire, ce sont ces derniers qui ont remporté le bras de fer à la régulière, surclassant leurs hôtes dans les secteurs de la mêlée et du jeu au sol. Deux pénalités longues distances de Florian Fritz achevant d'offrir le match à des Stadistes désormais lancés comme des obus vers les phases finales.

 

LE TOURNANT

 

S'il est difficile de parler de tournant à proprement parler, les maladresses des Varois leur ont coûté très cher. On citera ici la passe après-contact de Giteau manquée par Nonu à cinq mètres de l'en-but toulousain (20e), alors que la voie de l'essai semblait promise. De même, on signalera cette passe manquée par Steffon Armitage (32e), bien pressé en bout de ligne par l'ailier stadiste Paul Perez. Tuisova et Gorgodze, décalés sur la droite du flanker varois, ne pouvant que constater les dégâts en voyant le ballon filer en touche alors que, là encore, l'essai leur semblait promis... Et l'on n'oubliera pas, pour la bonne bouche, l'essai refusé à Lassalle (78e) pour un en-avant de passe de Vermeulen

 

L'ACTION

 

On pourrait citer ici cette folle séquence de 3'26'' qui égaya la première mi-temps. Toutefois, c'est plutôt cette première séquence de jeu des Toulousains que l'on retiendra, qui vit ces derniers tenir le ballon pendant plus de deux minutes jusqu'aux abords de l'en-but varois grâce (notamment) à une belle intervention de Tekori en bout de ligne. Certes, l'action ne déboucha pas sur un essai, mais sur une simple pénalité qui permit aux Stadistes d'ouvrir le score. Et surtout de confirmer l'impression que ces Toulousains-là, dominateurs sur les impacts, ne seraient pas drôles à prendre pour les Toulonnais...

 

LE JOUEUR

 

Lorsqu'il faut partir à la guerre, on peut toujours compter sur lui... Comme à son habitude, Florian Fritz a pesé sur les débats sur la pelouse de l'Allianz Riviera, multipliant les tampons dont celui assené à l'autre homme du match, le numéro huit varois Vermeulen. Du classique... Mais c'est surtout dans un secteur moins habituel pour lui que le centre international s'est signalé, à savoir les tirs au but. Voyant Bezy trop court sur une lointaine pénalité en première période, le vice-capitaine a pris son relais sans trembler en deuxième période, expédiant deux missiles depuis sa propre partie du terrain qui ont permis aux Toulousains de creuser l'écart au score. Et s'assurer la victoire...

 

Toulon – Toulouse 10-12

 

À Nice – Samedi à 14h45 – 27549 spectateurs

Arbitre : M. Garcès (Béarn). Note : **

Évolution du score : 0-3, 3-3, 3-6 (MT) ; 3-9, 3-12, 10-12.

 

TOULON > 15.Cooper ; 14.Tuisova, 13.Mermoz (20.Bastareaud 68e), 12.Nonu, 11.O'Connor ; 10.Giteau, 9.Escande ; 7.S.Armitage (19.J.Smith 64e), 8.Vermeulen, 6.Fernandez-Lobbe ; 5.R.Taofifenua (18.Lassalle 56e), 4.Gorgodze ; 3.Saulo (23.Chilachava 27e), 2.Guirado (cap.) (16.Orioli 63e), 1.Menini (17.Chiocci 27e).

 

TOULOUSE > 15.Médard ; 14.Clerc, 13.David (22.Fickou 49e), 12.Fritz (21.McAlister 75e), 11.Perez ; 10.Doussain, 9.S.Bezy (22.Pélissié 56e) ; 7.Harinordoquy, 8.Picamoles (19.Galan 67e), 6.Gray (20.Cros 32e-39e, MT) ; 5.Tekori (18.Maka 62e), 4.Lamboley ; 3.Johnston (23.Aldegheri 62e), 2.Tolofua (16.Flynn 64e), 1.Kakovin (17.Steenkamp 62e).

 

TOULOUSE : 4P Bezy (6e, 25e), Fritz (58e, 69e)

Blessé : Gray (commotion)

 

TOULON : 1E J.Smith (80e) ; 1T Pélissié (80e) ; 1P Escande (22e).

Non entrés en jeu : 21.Mitchell

 

LES ÉTOILES

*** Fritz

** Médard, Tekori, Johnston ; Vermeulen

* Harinordoquy, Tolofua, Kakovin ; O'Connor, Fernandez-Lobbe.

 

LES BUTEURS

 

Escande 1P/3 ; Bezy 2P/3 ; Fritz 2P/2.

 

Par Nicolas Zanardi, envoyé spécial

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?