Tyrosse et Oloron favoris

  • Tyrosse et Oloron favoris
    Tyrosse et Oloron favoris
Publié le , mis à jour

Les huitièmes de finales du trophée Jean Prat commencent ce dimanche. Tyrosse et Oloron partent avec un léger avantage.

Romans-sur-Isère – Tyrosse (dimanche 15h)

Un autre objectif

En remportant le dernier match de la phase qualificative face à La Seyne-sur-Mer, les Romanais ont confirmé la belle dynamique retrouvée dans la deuxième partie de la compétition qui leur a permis d’aligner cinq victoires en six matchs en ne cédant qu’une seule fois face à Bourg-en-Bresse.

Pourtant, leur président, Jacques Ritton, met un bémol : « Ce match résume un peu notre saison. Nous manquons de constance. Nous avons un groupe de qualité, il faut que cette deuxième partie de la saison lui permette de se révéler pleinement. »

Changer d’objectif

Les Romanais n’ont jamais caché leur volonté d’accéder au niveau supérieur, un début de saison marqué par des blessures, une poule relevée et homogène les ont contraints à changer d’objectif. « Nous ne galvauderons pas cette compétition que nous entamons face à une très belle équipe de Tyrosse. Nous jouerons le coup à fond en sachant que pour franchir le cap face à Tyrosse il nous faudra élever notre niveau de jeu », assure le président drômois.

Par Jean Pierre Dunand

Langon – Oloron à langon (dimanche 15 h)

Garder les habitudes

S’ils ne sont pas favoris de cette confrontation, les Sud-Girondins n’en ont pas moins de sérieux arguments à faire valoir. Et oui, la victoire dans le derby qui les opposait à Saint-Médard n’a pas suffi à inverser l’ordre des rencontres même si Julien Meret ne se formalise pas là-dessus : « Cette phase finale, c’est du bonus. Vous y évoquez notre présence régulière ces dernières années, mais je peux vous assurer que, vu la saison que nous avons connue, au niveau du remplissage de l’infirmerie, je parlerai volontiers d’un parcours du combattant. »

Grand respect

Sur ce, se présente dans le célèbre terroir des Graves une formation béarnaise que l’associé de Vincent Violle tient en haute estime : « Par son histoire, son identité de jeu, Oloron inspire le plus grand respect. À nous de tout faire pour remporter le match aller avant de penser à une qualification. » Il est vrai qu’en pliant sans jamais rompre, ceux qui ne pourront hélas compter sur Julien Lavie en pleine possession de ses moyens du fait d’une douleur à l’épaule ont bien mérité les éloges eux aussi. À l’image de Yann Dessis, l’excellent franchiseur qui met son équipe dans l’avancée autant que faire se peut.

Par Philippe ALARY

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?