Rodez et Aubenas veulent surprendre

  • Rodez et Aubenas veulent surprendre
    Rodez et Aubenas veulent surprendre
Publié le , mis à jour

Les huitièmes de finale du Trophée Jean Prat commencent ce dimanche. Rodez veut oublier l’extra-sportif. Aubenas Vals veut quant à lui créer la surprise.

Lavaur – Aubenas-Vals (dimanche 15 h)

Lavaur en difficulté

Cette équipe de Lavaur s’est beaucoup compliquée la vie en perdant son dernier match à domicile contre Valence-d’Agen. Elle avait les cartes en main pour se construire un chemin de phases finales abordable. En ratant deux fois de suite la dernière pénalité de la gagne en face des poteaux, elle a perdu ce match crucial et doit maintenant se confronter à l’un des anciens prétendants au Pro D2 reclassé en Jean-Prat, et ceci alors qu’elle se trouve dans un creux.

Faire front

Son échec à la maison contre Valence-d’Agen est le quatrième consécutif. Les promus Tarnais avaient détonné au départ de la phase retour. Leurs victoires à Tyrosse et à Cognac avaient fait le lit d’un maintien magnifique. On n’en attendait pas tant de cette formation. Elle a dévissé tout d’un coup. En réintégrant son troisième ligne centre Valentin Caillau et le centre Grégory De Souza, tous les deux de retour après une longue blessure au genou, trouvera-t-elle la force nécessaire pour se reprendre et faire front devant cette belle équipe d’Aubenas ?

Par Guillaume CYPRIEN

Rodez – Limoges (dimanche 15h)

Avec le cœur

Pour Rodez, cette saison, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Pourtant, les hommes de l’Aveyron ont mis beaucoup de cœur sur le terrain et ne se sont pas laissés perturber par les soucis extra-sportifs.

Qualifiés dans une poule difficile, les hommes du duo Viars-Vercruysse espèrent passer avec succès ce premier match des phases finales : « Même si notre saison a été un peu en dents de scie, elle est globalement très positive, apprécie Jean-François Viars. Face à Limoges, nous savons que ce ne sera pas simple. Nos futurs adversaires sont complets à tous les niveaux. C’est une équipe dure à déplacer et qui, à mon avis, peut prétendre au dernier carré. »

Sur le pied de guerre

Les joueurs de l’USAL, de leur côté, sont aussi sur le pied de guerre, impatients d’être à pied d’œuvre dans ce premier match des phases finales : « Pour nous, Rodez, c’est un peu l’inconnu, admet le directeur sportif de Limoges, Nicolas Escouteloup. Nous savons qu’ils ont un gros pack très solide. Ils possèdent aussi un sacré buteur. Nous n’aurons pas le droit de passer à côté de ce match… »

Par Mathilde LACROUTS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?