Cyclone force 7 !

  • Cyclone force 7 !
    Cyclone force 7 !
Publié le , mis à jour

Démonstration énorme des Hurricanes qui ont totalement étouffé les Lions. La clé de ce match fut une défense de fer des Néo-Zélandais. Lesquels pensaient qu’ils auraient pu mieux faire.

Les Hurricanes ont frappé un grand coup en passant 50 points aux Lions sur leur propre pelouse, soit sept essais (cinq en première mi-temps) dont deux doublés de Julian Savea et de Cory Jane. Beauden Barrett n’a tenté qu’une seule pénalité. Dire que les Lions se voulaient l’équipe sud-africaine la plus puissante du moment… Les joueurs de Wellington ont fait un travail colossal au niveau des rucks, en chipant un maximum de munitions à leurs adversaires. Tout est venu de leur force en défense, un secteur qu’ils avaient particulièrement travaillé après leur échec face aux Chiefs la semaine dernière. Leur entraîneur Chris Boyd l’a bien expliqué : « Oui, nous étions déçus de notre performance dans ce secteur et aujourd’hui, nous nous sommes appliqués à donner le maximum en termes de vitesse de montées défensives et en termes d’intensité sur les impacts. Ils ont beaucoup de bons joueurs de ballons et la meilleure façon de les combattre, c’était de les prendre dans leur camp et de ralentir les ballons à la source. Nous avons réussi sur les deux tableaux. »

Cory Jane exigeant

Le trois-quarts aile international Cory Jane poursuivait : « Les matchs que nous avons réussis cette saison sont ceux durant lequel nous étions sur la même longueur d’onde. Quand nous sommes parvenus à mettre l’adversaire à terre, mettre la pression sur la deuxième vague pour lui réduire ses espaces. Les matchs où nous avons été débordés (Chief, Brumbies en début de saison, N.D.L.R.) étaient la sanction d’une attitude confuse de notre part. Nous n’étions pas sur la même longueur d’onde nous défendions de deux manières différentes en même temps et nous nous sommes retrouvés coupés en deux. »

Cette fois, ce sont les Lions qui ont été coupés en deux par une série d’offensives et de contre-offensives de grande classe des Hurricanes. « J’avais le pressentiment que nous avions une grande performance dans les jambes mais si on m’avait dit que nous ramènerions un 50-17 d’une expédition à l’Ellis Park… », reprit Boyd. Mais une révision soigneuse du match démontre aussi que les Lions furent aussi sur le reculoir en conquête. Mais Cory Jane estima que son équipe s’était parfois montrée décevante notamment dans les vingt ou vingt-cinq premières minutes de la deuxième mi-temps : « À 36-5, nous étions en position de leur mettre un pied sur la gorge pour vraiment les dominer et nous n’y sommes pas parvenus. Ils sont revenus dans le match en jouant comme on attendait qu’ils le fassent. Heureusement, dans les dix ou quinze dernières minutes, nous avons retrouvé le jeu de la première mi-temps… » Quel luxe que de pouvoir tenir de tel propos dans une équipe qui marque 50 points à l’extérieur et qui n’est même pas la meilleure de son pays. Les Chiefs ne sont que la troisième équipe néo-zélandaise derrière les Chiefs et les Crusaders. Les Néo-Zélandais marchent sur l’eau, tout simplement.

Par Ken Borland (avec J.P)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?