« Notre groupe a grandi »

  • « Notre groupe a grandi » « Notre groupe a grandi »
    « Notre groupe a grandi »
Publié le , mis à jour

La manager de Romagnat s’exprime sur la belle saison qu’elle a vécu avec le club.

La phase qualificative vient de s’achever. Quelles analyses en tirez-vous ?

L’analyse est très positive puisque sur un plan comptable, le groupe a terminé à la première place de la poule avec douze victoires sur quatorze rencontres, inscrit soixante – sept essais pour quatorze encaissés. Cette année, au sein du contenu des entraînements, nous avons mis de nouvelles choses en place. Les filles ont été dans l’obligation d’avoir un temps d’adaptation pour trouver des repères. C’est lors de la phase retour que le travail mis en place a fini par être récompensé. De mon côté, j’ai constaté de gros progrès de l’ensemble du groupe. L’an dernier, nous avions des difficultés pour bonifier nos temps forts. Cette année, nous sommes beaucoup plus réalistes, ce qui est très positif surtout à l’approche des phases éliminatoires.

Par rapport à la saison passée, constatez-vous une progression du groupe ?

Tout à fait ! Notre groupe a grandi, pris de la maturité. Je dirai même qu’il est devenu très homogène. Cette année, nous avons la chance de posséder un collectif de vingt-six joueuses qui ont vraiment le niveau pour évoluer en Armelle-Auclair. Désormais, nous pouvons aligner vingt-deux joueuses de qualité sur la feuille de match, ce qui est une sacrée valeur ajoutée.

Des joueuses se sont-elles révélées ?

Je citerai trois joueuses qui ont vraiment confirmé. Je pense à Clémence Fraysse qui évolue à l’aile, elle réalise une excellente saison. Au sein du pack, la deuxième ligne, Marion Fédit a passé un cap. Elle a pris confiance. Elle vient de fêter ses vingt-quatre ans. Elle a encore une belle marge de progression. Il y a aussi Valentine Ourcel qui évolue à la mêlée. Nous l’avons essayé à l’ouverture. Elle nous a convaincues. Clémence, Valentine et Marion sont les révélations de cette saison.

Quelle analyse portez-vous sur le championnat actuel ?

Au sein de notre poule, c’était une compétition à deux vitesses. Le quatuor de tête s’est vite dégagé. Deux équipes ont trouvé leur place dans le ventre mou. En bas de classement, les deux équipes qui sont montées Nanterre et Grenoble ont vite été en difficultés. C’est la preuve qu’il y a un fossé entre la compétition fédérale et l’Armelle-Auclair. Forcément, nous aurions préféré évoluer dans une compétition plus homogène.

Songez-vous à monter en Top 8 ?

Il faut tout d’abord négocier le match face à Tarbes. Le projet d’accession, il est fixé sur deux ans. Si on a échoué cette année, on reportera nos efforts l’année prochaine. Il faut aussi prendre en compte la qualité de ce tableau éliminatoire. À mon sens, cinq équipes Bordeaux, Sassenage, Bayonne, Lons et Romagnat ont l’étoffe pour prétendre à la montée et au titre. Il ne faut pas oublier qu’une saison reste fragile. Un match éliminatoire peut basculer sur un rebond, une pénalité manquée, une transformation ratée.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?