Pujol : «Gagner deux matchs sur les trois»

  • Pujol : «Gagner deux matchs sur les trois»
    Pujol : «Gagner deux matchs sur les trois»
Publié le , mis à jour

Avant d’affronter Aurillac ce soir pour le choc de cette 28e journée, l’ailier de l’USAP, Jean-Bernard Pujol, fait le point sur la saison de son club.

Comment Perpignan peut-il résister au retour de Colomiers?

Le problème est qu’il n’y a pas que Colomiers qui pousse derrière. Il y a trois-quatre équipes qui se tiennent en trois ou quatre points donc c’est serré. Mais on va résister j’en suis convaincu. Il faudra gagner deux matchs sur les trois qui nous restent.

Justement sur ces trois matchs, en avez-vous ciblé certains ?

Il y a trois matchs à enjeux. Chaque équipe joue gros sur ces rencontres. Cela va donner des matchs tendus. Mais pour nous l’objectif c’est de donner le maximum et de gagner les trois matchs pour avoir notre destin en main et se qualifier pour les demies.

Vous n’avez donc pas écarté l’objectif de finir troisième ?

Je ne vous cache pas que l’on a pas parlé de la place mais surtout de se qualifier. Déjà être dans les cinq serait très bien pour nous.

Sur les trois derniers matchs, il y en a deux à l’extérieur où vous n’avez pas gagné depuis cinq mois. Qu’est ce qu’il va falloir changer pour retrouver la victoire ?

On a vu qu’à l’extérieur on était trop indiscipliné. Il va falloir régler cela à Aurillac. On sait aussi que l’on fait des entames de match moyennes où l’on se met en danger tout seul. Et ensuite essayer de jouer libéré, sans se poser de questions comme à domicile.

On a du mal à analyser votre jeu. A domicile, on sent que même si c’est difficile vous avez toujours le mental pour vous en sortir mais à l’extérieur ce n’est pas la même chose...

C’est vrai que l’on a toujours un passage à vide et que l’on n’arrive pas à faire basculer les matchs en notre faveur. C’est un gros problème cette année. Et bizarrement les quinze dernières minutes on revient comme des boulets de canon et on arrive à avoir des bonus. Mais il va falloir régler cela. A Aurillac, il faudra être solide sinon ça va être compliqué.

Est-ce que l’on peut dire que le côté positif c’est que vous êtes une équipe qui résiste bien à la pression ?

C’est une saison avec des périodes compliquées, en dents de scie. Mais malgré tout, on a eu les reins solides pour garder notre objectif en tête. J’espère que ces ressources vont nous servir pour les trois derniers matchs.

Vous aviez battu largement Aurillac à l’aller à domicile alors que vous étiez dans une période compliquée. Quel regard avez-vous sur cette formation ?

Cette équipe était venue chez nous alors qu’elle n’avait pas perdu beaucoup de fois. On avait fait un gros match avec une grosse mêlée, une bonne touche et une grosse conquête. Du coup, on sait ce qu’il nous reste à faire pour gagner là-bas : être solide sur les bases et développer notre jeu.

Personnellement, c’est la saison de l’émancipation pour vous avec 21 titularisations et sept essais...

Je suis passé pro cette saison donc cela correspond bien à l’évolution. C’est ma première belle saison et j’espère que la fin sera tout aussi belle. Je suis content, ça se passe bien, les blessures m’ont laissé tranquille cette saison. J’ai pu enchaîner et apporter ma pierre à l’édifice.

Propos recueillis par Julien Louis

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?