Bordeaux garde espoir

  • Bordeaux garde espoir
    Bordeaux garde espoir
Publié le , mis à jour

Si la qualification demeure loin d'être acquise pour l'UBB, celle-ci s'est offert le droit de rêver en s'imposant en force au stade des Alpes, face à des Isérois apathiques pendant 50 minutes (14-20). 

Grenoble 14 - 20 Bordeaux-Bègles

Par Nicolas Zanardi

 

Résumé de la rencontre

Entre des Bordelais obligés de l'emporter pour rester dans la course à la qualification et des Grenoblois sans autre enjeu que le titre de champion du ventre mou, les degrés de motivation des deux équipes s'en trouvaient aux antipodes l'une de l'autre. Ce qui s'est évidemment fait ressentir dès les premières minutes, notamment au travers d'une défense girondine impériale... Las, par manque de maîtrise, les Bordelais ne parvenaient pas à concrétiser en points l'outrageuse domination de leur mêlée. Il fallait attendre un florilège d'occasions manquées et un carton jaune infligé à Setephano pour voir l'UBB ouvrir le score à la 27e, avant d'enfin franchir la ligne par le biais d'Ashley-Cooper. Et si certains espéraient que la mi-temps permettrait aux Isérois de se remobiliser, Guitoune se charge de porter l'estocade dès le retour des vestiaires... Un coup de bambou qui réveilla enfin les Grenoblois, auteurs comme à leur habitude d'un joli come-back matérialisé par un doublé de Batlle. Mais la fable du lièvre et de la tortue n'a pas écrite en vain, Bernard se chargeant à la dernière minute de faire respecter la morale : rien ne sert de courir, il faut partir à point...

 

La polémique

Et l'arbitre ne refusa pas l'essai inscrit par Ashley-Cooper... Pourtant, après l'avoir accordé dans un premier temps, M. Ruiz eut un doute à la vision des images sur l'écran géant (probablement également alerté par les sifflets du Stade des Alpes...), stoppant même Hickey pendant sa tentative de transformation. Las pour le FCG, celui-ci considéra que Jean-Baptiste Dubié, venu en leurre devant le ballon, n'avait pas commis d'action d'antijeu sur lucas Dupont, l'ailier grenoblois ayant tout simplement mordu dans la combinaison sans que cela n'ait d'influence sur l'action. Bonne décision ? Très certainement. Il faut dire en outre qu'après l'essai de pénalité sur mêlée non accordé dans les premières minutes aux Girondins, l'arbitre languedocien ne pouvait décemment pas faire pencher la balance en leur défaveur une deuxième fois, sans que rien de clair et évident ne soit établi à leur encontre...

 

Le tournant de la rencontre

Les grands ailiers se signalent souvent au fait qu'il leur suffit d'une demi-occasion pour marquer. Ce fut bien sûr vrai d'Ashley-Cooper sur son essai de la 37e, où l'Australien réussit à aplatir malgré un renversant retour de McLeod. Mais ce fut surtout le cas de Sofiane Guitoune... Sur la première mêlée de la deuxième mi-temps, Serin réclamait le ballon dans un côté fermé où se dessinait un deux contre deux voué à l'échec. Alerté au pied dans le dos des défenseurs, Guitoune grillait alors la politesse à Mignot pour se saisir de la balle au rebond dans un troisième rideau déserté par Aplon, et inscrire quasiment entre les poteaux l'essai du break. Du bon travail de finisseur.

 

L'action de la rencontre

Si les Grenoblois ne l'ont pas emporté, ils se consoleront un peu d'avoir inscrit le plus bel essai de la partie... à la réception d'un coup de pied de Serin sans pression, Dupont tergiversait avant de contre-attaquer. Alerté dans le côté fermée, l'ouvreur Gilles Bosch profitait d'une montée en pointe de Goujon pour servir Mahamadou Diaby d'un sublime offload. Le troisième ligne aile du FCG accélérait le long de la ligne de touche avant de se faire reprendre par le bout du short, mais parvenait à servir après contact son ailier Armand Batlle, accouru au soutien. Du petit lait pour le finisseur catalan, qui résistait au retour de Talebula pour plonger dans l'en-but. 

 

Le joueur de la rencontre

Son retour la semaine dernière face au Stade français était attendu comme celui du messie et, au vu de sa prestation contre Grenoble, on comprend mieux pourquoi... Car si son travail a probablement été facilité par l'absence côté isérois de Hendrick Roodt et la relative tendresse de son remplaçant Thomas Jolmes, Jandré Marais a proprement régné dans le domaine du combat vendredi soir. Ultra-précieux au cœur des ballons portés, le travail de l'ombre du sud-africain a surtout porté ses fruist en mêlée puisque, tour à tour, Kepu puis Gomez-Kodela se sont retrouvés dans un fauteuil pour pousser Taumalolo et Barcella à la faute. Le deuxième ligne se fendant en outre de deux interventions décisives sur sa ligne d'en-but à la 71e puis à la 73e, d'abord en grattant un ballon bouillant qui permit à Serin de dégager son camp, puis en « coffrant » Fabrice Estebanez. Largement de quoi mériter le titre d'homme du match même si, côté girondin, le pilier Steven Kitshoff, le flanker Luke Braid ou le demi de mêlée Baptiste Serin auraient également mérité mention.

 

FICHE TECHNIQUE

À Grenoble – Vendredi à 20h45 – 13 000 spectateurs

Arbitre : M. Ruiz (Languedoc).

Évolution du score : 0-3, 0-10 (MT) ; 0-17, 7-17, 14-17, 14-20.

 

Grenoble  : 2E Batlle (53e, 77e) ; 2T Bosch (55e, 77e) ; 1P Bernard (80e).

Carton jaune : Setephano (24e)

Blessé : Mignot (commotion), Edwards (genou).

 

Bordeaux-Bègles : 2E Ashley-Cooper (37e), Guitoune (42e) ; 2T Hickey (38e, 43e) ; 1P Hickey (28e).

Non entré en jeu : 20.Doubrère  

Blessés : Kepu (commotion), Ledevedec (commotion).

 

GRENOBLE : 15.Aplon ; 14.Mignot (22.Batlle 48e), 13.Farrell, 12.Estebanez, 11.Dupont (21.Gengenbacher 56e) ; 10.Bosch, 9.McLeod (20.Saseras 78e) ; 7.Diaby (19.Hayes 65e), 8.Grice, 6.Setephano ; 5.Jolmes (Hand 67e), 4.Hand (cap.) (18.Marie 60e) ; 3.De Klerk (23.Edwards 30e-70e), 2.Héguy (16.Jammes 55e), 1.Taumalolo (17.Barcella 55e).

 

BORDEAUX-BÈGLES : 15.Talebula (22.Lonca 55e) ; 14.Guitoune, 13.Dubié, 12.Rey, 11.Ashley-Cooper ; 10.Hickey (21.Bernard 78e), 9.Serin ; 7. Braid (19.Madaule 70e), 8.Goujon, 6.Clarkin (cap.) ; 5.Marais, 4.Ledevedec (18.Cazeaux 13e) ; 3.Kepu (23.Gomez-Kodela 10e), 2.Maynadier (16.Auzqui 55e), 1.Kitshoff (17.Taofifénua 55e).

 

Les meilleurs

Marais Braid, Kitshoff,  Ashley-Cooper, Guitoune, Serin ; Diaby, Batlle, Farrell, Bosch, Grice

 

Les buteurs

Bosch (2T/2) ; Hickey (2T/2, 1P/2), Bernard (1P/1).

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?