Wulf : «Nous avons confiance en nous»

  • Wulf : «Nous avons confiance en nous»
    Wulf : «Nous avons confiance en nous»
Publié le , mis à jour

L’ancien toulonnais, Rudi Wulf, va retrouver Mayol avec son club, Castres, qu’il devrait quitter à la fin de la saison.

Comment avez-vous vécu les six derniers mois, au cours desquels vous avez connu deux blessures ?

Pas de la meilleure des façons, bien sûr… Au début du mois de novembre, je me suis fracturé la cheville gauche face au Racing 92. Comme il s’agissait d’une fracture, il m’a fallu trois bons mois pour m’en remettre… J’ai ensuite essayé de revenir, mais j’ai ressenti une vive douleur au niveau de mes abdominaux lors de mon match de reprise (face à Clermont, le 20 février dernier, N.D.L.R.). Ce jour-là, j’ai dû sortir au bout de vingt minutes. J’ai consulté le docteur Riboux à Toulouse, qui a diagnostiqué un déséquilibre au niveau des abdominaux. Nous avons donc opté pour l’opération puis j’ai passé deux semaines et demie à Capbreton. Je n’ai plus la moindre douleur, et je me sens vraiment mieux aujourd’hui.

Avez-vous craint de manquer la fin de saison ?

Bien sûr. Ce fut horrible d’enchaîner cette seconde blessure. La première avait déjà été si longue à soigner… Ce fut très dur. Tout ce que je voulais, c’était de jouer un maximum, c’est pour cette raison que j’avais signé ici. J’étais si heureux de jouer autant… Mon objectif de début de saison était de débuter le maximum de rencontre, alors vous comprendrez à quel point ces blessures m’ont frustré. Mais aujourd’hui c’est du passé, et j’ai hâte de rejouer, d’autant que la fin du championnat s’annonce palpitante. Mes partenaires ont réussi à hisser le club dans le Top 6, il faut maintenant aller le plus loin possible. Nous avons confiance en nous.

Vous avez passé quatre saisons au RCT. Retrouverez-vous Mayol avec émotion ?

Ce sera surtout avec grand plaisir ! J’ai déjà rejoué à Mayol cette année un match de gala avec les Classic All Blacks. Cette fois, ce sera différent car je jouerai pour ma nouvelle équipe, le CO. Ma femme, qui est originaire de Toulon, sera présente avec mes enfants et ma belle-famille. Tout le monde sera là pour m’encourager ! Ce ne sera que du bonheur.

Quel est le meilleur souvenir que vous gardez de Toulon ?

Voyons voir… (il réfléchit) Hmm, je crois qu’il s’agit du doublé Top 14- Coupe d’Europe. Personne n’avait encore jamais réussi cela. C’était la première fois dans l’histoire, donc ce fut un moment très spécial. D’ailleurs nous avons mis un sacré bout de temps à le réaliser. À notre retour à Toulon, la ville était en ébullition. C’était génial de voir le bonheur de tous ces gens. Je m’en souviendrai toujours.

Avez-vous gardé des amis à Toulon ?

Oui bien sûr, je suis assez proche de Steffon et de Delon Armitage. J’écris souvent à Bryan Habana également, et j’ai récemment écrit à Leigh Halfpenny pour prendre de ses nouvelles.

Irez-vous à Lyon en 2016-2017 ?

Je n’ai pour le moment rien signé avec Lyon, donc je suis toujours à Castres. Je veux faire partie de cette équipe, et l’aider à lui faire atteindre ses objectifs. Je me donnerai à 100 % pour le CO.

Pourtant, de nombreuses sources indiquent que vous pourriez partir deux ans avant la fin de votre contrat. Pourquoi partir si tôt ?

Je n’ai jamais déclaré que je quitterais Castres à la fin de la saison, donc je suis toujours ici, et nulle part ailleurs.

Le RCT sort d’un échec à domicile. Comment sont les semaines au RCT après une défaite à domicile ?

En général, le RCT revient toujours plus fort après une défaite à domicile. J’imagine que les Toulonnais doivent être extrêmement déçus d’avoir perdu contre Toulouse. Le match va être très dur. Bernard Laporte a dû piquer une belle colère ! Croyez-moi, il sait comment faire comprendre à ses joueurs que les choses ne se sont pas déroulées comme il le voulait…

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?