C’était il y a 11 ans...

  • C’était il y a 11 ans...
    C’était il y a 11 ans...
Publié le , mis à jour

Après plus de dix ans d’absence, le circuit mondial du rugby à 7 fait son grand retour à Paris (13 au 15 mai). La dernière fois, c’était en 2005 et les Français avaient créé l’exploit en battant les deux meilleures équipes du monde à la maison, une première.

Le manager Thierry Janeczek est en larmes sur le bord de la touche. Au centre du terrain, dix bonshommes font une danse infernale, sautent sur place. Ils viennent de remporter pour la première fois de l’histoire du rugby à 7 un tournoi du circuit mondial, en ayant réussi trois exploits consécutifs.

Sortie première de sa poule, l’équipe de France affronte l’Afrique du Sud en quart de finale, celle qui vient juste de remporter le tournoi de Londres, score final : 27-10 et une qualification en demi-finale pour y affronter l’ogre néo-zélandais récent vainqueur du circuit 2005.

Une demi-finale d’anthologie où les Français gagneront (14-10), en ne cédant aucun brin de terrain et en donnant le tournis aux hommes de Tjentens, privés de leur star Joe Rokocoko, blessé la veille contre les Samoa.

Sur un nuage

Cerise sur le gâteau, ils vont affronter les Fidjiens en finale. Et là, nos petits bleus, pour la plupart inconnus dans le gotha du XV, vont émerveiller les 8 000 spectateurs du stade Jean Bouin conquis par leur abnégation, leur courage et leur imagination.

Menés 14-0, les Fidjiens reprennent l’avantage à la pause (19-14) par l’intermédiaire de Waisale Sérevi (auteur de trois essais), avant d’être étouffés, dépassés par des Bleus en folie. Score final 28-19, la France achève sa saison de rugby à 7 en remportant son premier et unique titre du circuit mondial.

Le groupe :

1: Vincent DENIAU (Clermont-Ferrand)

2: Julien PATEY (Toulouse)

3: Julien CARRAUD (Dax)

4: Vincent CLERC (Toulouse)

5: Julien MALZIEU (Clermont-Ferrand)

6: Johan DALLA RIVA (Brive)

7: Rida JAHOUER (Pau)

8: Sylvain JONNET (Narbonne)

9: Nicolas CARMONA (Grenoble)

10: Renaud DULIN (Bordeaux - Capitaine)

11: Laurent FERRERES (Narbonne)

12: Patrick BOSQUE (Tarbes)

Entraîneurs: Thierry JANECZEK et Sébastien DUPOUX

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Onze ans plus tard, le rugby à 7 a pris une autre dimension tant sur le plan international que national. Au niveau international, le comité olympique déclare, en 2009, le rugby à 7 comme une discipline olympique et sera au programme des Jeux de Rio en août prochain (du 6 au 8 pour les femmes et du 9 au 11 pour les hommes) pour lesquels, les équipes de France féminine et masculine sont d’ores et déjà qualifiées .

Sur le plan national, la FFR a recensé près de 15 000 pratiquants sur la saison 2014-2015 et 540 équipes engagées dans les championnats de France en 2015 (soit 51 équipes de plus qu’en 2014).

Une popularité en pleine évolution, certainement due, à la couverture médiatique que connaît le rugby à 7 aujourd’hui.

Pour les éditions 2016 et 2020 des Jeux Olympiques, France 2 devrait diffuser les temps forts sur ses antennes et l’intégralité des rencontres sur son site Internet. Canal+, co-diffuseur des Jeux, devrait diffuser des morceaux choisis des deux tournois de rugby à 7. Outre les JO, la chaîne cryptée détient également les droits du circuit mondial, européen masculin et du circuit européen féminin.

De plus, l’Equipe 21 diffusera les phases finales des compétitions féminine et masculine du championnat de France qui auront lieu les 25 et 26 juin prochains.

Enfin la présence de plus en plus fréquente de «stars» du rugby à 15 comme Sonny Bill Williams, Quade Cooper ou encore Bryan Habana est un atout non négligeable pour le développement médiatique de cette discipline.

Lionel Girard

Crédit photos: Gian Carlo Toufou - Les Bleus Sevens

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?