Haguenau : la grosse cote des Alsaciens

  • Haguenau : la grosse cote des Alsaciens
    Haguenau : la grosse cote des Alsaciens
Publié le , mis à jour

Avant d’affronter les Franciliens de Viry-Châtillon en Championnat de France, les joueurs d’Haguenau ont fait valoir un gros potentiel.

Quatre ans après avoir quitté la Fédérale 3, le club d’Haguenau la retrouvera la saison prochaine. Les Alsaciens avaient obtenu leur billet promotionnel en dominant dans leur compétition régionale Honneur les belles équipes d’Illkirch, de Verdun et de Nancy. Ils ont fait encore mieux : lors du premier tour des phases finales nationales disputé la semaine dernière, ils ont mis le deuxième plus gros carton de ces 32es de finale en passant 61 points à Saint-Omer (61-23). Ils retrouveront dimanche sur leur route en 16e de finale Viry-Châtillon. Les Franciliens courent après leur montée en Fédérale 3 qu’ils n’ont pas obtenue dans leur championnat régional. Cette ambition fera-t-elle la différence ? Les Haguenoviens semblent en mesure de combler ce différentiel.

La réserve de Strasbourg

Depuis quatre ans, les dirigeants du club ont confié à l’entraîneur Jean-Jacques Boss le soin d’organiser ce retour en Fédérale 3. Ce vieux routier des championnats fédéraux, entraîneur à Montluçon (quatre ans en Fédérale 1 et 2), Saint-Savin (quatre ans en Fédérale 2), Isaux (quatre ans en Fédérale 3), et à Thionville à son arrivée dans la région (un an), s’est appuyé sur effectif stable - 65 % des joueurs sont les mêmes qu’il y a quatre ans - rehaussé des arrivées de deux ou trois recrues rajoutées chaque saison. L’ouvreur Guillaume Kriegel a signé cette année. L’ancien meilleur réalisateur du championnat de Fédérale 1 avec Strasbourg, a retrouvé là-bas des anciens collègues strasbourgeois. Avec les ailiers Martin Aubensack et Arnaud Joubert, le centre Laurent Palud, et l’arrière Kevin Fontaine, ils forment une ligne de trois-quarts dont pratiquement tous les membres ont tâté de la Fédérale 1. Le deuxième ligne Hervé Heitz complète le tableau des Strasbourgeois en goguette dans le paquet d’avants. « Nous avons mis quatre ans à construire une identité de jeu, explique Jean-Jacques Boss, employé du club, qui s’occupe de la réserve et des juniors, et qui fera sa dernière année de contrat la selon prochaine en Fédérale 3. Au bout de quatre ans, avec l’arrivée de Guillaume Kriegel qui nous a apporté toute sa science du poste d’ouvreur, nous sommes parvenus à construire quelque chose de très cohérent. Tout le monde prend du plaisir. C’est palpable à l’entraînement. Il nous arrive d’être 60 présents ces derniers temps. Cela est dû aussi à l’équipe dirigeante qui a mis en place un staff complet très complémentaire. On se régale. » Éliminée dès le premier tour du championnat de France les trois années précédentes, cette équipe a vaincu son signe indien en remportant enfin un match couperet pour accéder aux seizièmes. Promue en Fédérale 3, elle n’a plus rien à perdre, et tout à gagner. Et si l’Alsace se distinguait cette année en Honneur ?

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?