Le Racing battu, sans jouer et sans demis

  • Le Racing battu, sans jouer et sans demis
    Le Racing battu, sans jouer et sans demis
Publié le , mis à jour

Le Racing 92 s'est logiquement incliné face aux Saracens, sans jouer et sans demis. Avec Carter blessé et Machenaud trop vite KO. Insurmontable. 

Le résumé

Et si les illusions du Racing avaient été emportées par l’averse diluvienne qui s’est abattue sur le grand stade de Lyon ? Et si la blessure de Dan Carter avait été trop lourde à porter, comme un fardeau pesant toujours plus lourd sur les épaules et les cerveaux franciliens ? Et si, finalement, les Saracens avaient été les plus forts, maîtres d’un sommet qui n’en avait que les airs ? Il y a un petit peu, beaucoup, de tout cela dans le résultat du jour. L’absence de maîtrise et d’allant des Ciel et Blanc mangés tout cru par les Saracens aussi puissants que rigoureux. Aussi appliqués que mièvres dans l’exploitation du ballon au large. Le rugby moderne dit-on, qui serait le fruit d’une dimension physique sans égal.  Les Saracens sont champions d’Europe quand le Racing  devra repasser, l’an prochain, lui qui n’avait semblé aussi proche d’un sacre et d’un titre pour effacer d’un coup les vingt-six d’une histoire toujours plus confondante. Le show biz n’a pas encore trouvé ses successeurs. Rendez-vous en championnat !       

Le joueur

Si Maro Itoge a survolé la rencontré, justifiant pleinement son titre de meilleur joueur européen, un autre Sarries mérite les honneurs : Owen Farrel. Non pas que l’ouvreur de la Rose ait été véritablement étincelant, il fut tout juste précis et efficace. Carter « out », le jeune anglais a chassé les fantômes qui lui avaient pourri la vie face au RCT de Wilkinson en 2014. Efficace au pied, pesant sur le jeu en profitant des largesses défensives du Racing sans pour autant prendre de risques, Farrell a mené la rencontre à sa guise.   

Le tournant

Il n’a pas fallu attendre longtemps avant de voir le Racing 92 perdre une bonne partie de ses illusions en même temps que Maxime Machenaud quittait ses partenaires, ko debout (21e). Même pas sauvé par le protocole commotion. Avec l’illusion de Dan Carter, blessé trop présent, le Racing n’a jamais été en mesure de maîtriser son rugby. Contré la puissance des Sarries, contrarié par la pluie et finalement trop imprécis. La perte du poison pilote (Machenaud) a certainement coûté cher.

 

 

A Lyon

Samedi 17h45

58 017 spectateurs

Racing 92 – Saracens : 9-21

Arbitre : M. Owens (PDG)

Evolution du score : 0-3, 3-3, 3-6, 3-9, 6-9, 6-12 (mi-temps) ; 6-15, 9-15, 9-18, 9-21 (score final)

 

Racing 92 > 15. Dulin ; 14. Rokocoko, 13. Goosen, 12. Dumoulin (23. Chavancy, 57e), 11. Imhoff ; 10. Carter (22. Talès, 43e), 9. Machenaud (21. Phillips, 22e) ; 7. Le Roux (20. Claassen, 77e), 8. Masoe, 6. Lauret ; 5. Charteris, 4. van der Merwe (19. Carizza, 66e) ; 3. Tameifuna (18. Ducalcon, 68e), 2. Szarzewski (cap.) (16. Lacombe, 66e), 1. Ben Arous (17. Vartanov, 76e)

 

Saracens > 15. Goode ; 14. Ashton, 13. D. Taylor, 12. Barritt (cap.) (23. Bosch, 77e), 11. Wyles ; 10. Farrell (22. Hodgson, 79e), 9. Wigglesworth (21. Spencer, 79e) ; 7. Fraser (20. Wray, 54e), 8. B. Vunipola (20. Wray, 43e-52e), 6. Rhodes ; 5. Kruis, 4. Itoje ; 3. P. du Plessis (18. Figallo, 68e), 2. Brits (16. George, 22e-31e), 1. M. Vunipola (17. Barrington, 77e)

Blessés : Brits (commotion cérébrale), B. Vunipola (commotion cérébrale)

 

Saracens > Points : 7 P Farrell (8e, 25e, 32e, 39e, 50e, 76e, 79e)

Non-entré en jeu : 19. Hamilton,

 

Racing 92 > Points : 3 P Goosen (19e, 36e, 62e)

Blessés : Machenaud (commotion cérébrale), Carter (genou), Dumoulin (cheville)

 

Les buteurs : 7P/7, 0 DG/1 Farrell ; 3P/3 Goosen, 0P/1 Machenaud,  ;

 

Les meilleurs : O. Farrell, Wigglesworth, Rhodes, B. Vunipola, Itoje pour les Saracens ; Tameifuna, Goosen, Dulin, Masoe pour le Racing 92.

 

 

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?