Rugby Féminin : Hold-up catalan !

  • Rugby Féminin : Hold-up catalan !
    Rugby Féminin : Hold-up catalan !
Publié le , mis à jour

Assurés de monter en Armelle-Auclair, le Stade Français et Perpignan se sont livrés une belle finale remportée par les Catalanes.

Dimanche, à Romagnat avait lieu la finale du championnat de France de Fédérale à XV, entre deux équipes déjà assurées de monter à l’étage supérieur, le championnat Armelle-Auclair. Au terme d’un match engagé, où les deux équipes se sont pleinement livrées, le stade Villelonguet a réalisé le hop-up parfait en s’imposant 11-10, grâce à une dernière pénalité réussie.

Dès les premières minutes de jeu, les deux équipes se sont bien engagées, ce qui promettait un match plein, et il le fut. Rapidement les Catalanes ont montré leur envie de réussir en occupant le camp parisien, mais la défense tenait bon et ne concédait qu’une pénalité. Les franciliennes passaient alors la vitesse supérieure, elles jouaient vite à la main, et leurs efforts sont conclus par un bel essai.

Une ultime pénalité décisive

Après la pause, les deux équipes reprenaient le même rythme rapide, les joueuses du Stade français marqueront un essai suite à une touche bien jouée. 10-3, le score est désormais en faveur du Stade français, qui joue vite et à la main. Sur un long coup de pied, les Catalanes réussissaient à lancer leur ailière Lesage qui ne se faisait pas prier pour aller à l’essai. 10-8, le stade français semblait tenir sa victoire, la rencontre tombait alors d’intensité, le jeu était plus lent, les deux équipes souffraient de la fatigue et de l’usure, moins de lucidité dans les esprits. Il aura fallut que les Parisiennes commentent une faute dans leur camp, pour que les catalanes, bénéficient d’une pénalité. Un cadeau inspéré, que l’arrière transformait en trois points qui offraient le victoire et le bout de bois à son équipe. Les Franciliennes tentaient alors une action dans le camp adverses, elles étaient près de réussir sans une banale faute de main et un ballon rendu à l’adversaire qui leur coûtait sans doute le bout de bois. « Nous avons gagné face à une belle équipe du stade français, une victoire qui s’est construite à 30 joueuses », confiait l’entraîneur de Villelongue, Jean-Marie Faveaux, avec cerise sur le gâteau, sa fille au sein de son équipe.

Par Jocelyne Menanteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?