La « croidoublée » des Chiefs

  • La « croidoublée » des Chiefs
    La « croidoublée » des Chiefs
Publié le , mis à jour

Équipe renommée comme la plus inventive du monde, les Chiefs ne faillissent pas à leur réputation depuis le début du Super Rugby, qui surprennent leurs adversaires par un lancement de jeu des plus originaux. Décryptage.

Amorcée à partir d’une mêlée sur les 40 mètres, les Chiefs semblent procéder de manière très classique. Autour de l’ouvreur Cruden, les deux centres amorcent des courses rentrantes, l’un en croisée, l’autre à hauteur, dans des schémas tout à fait traditionnels. À noter que l’ailier côté fermé se situe également à l’intérieur de l’ouvreur, afin d’apporter un surcroît d’incertitude.

Cruden joue ici une passe croisée toute simple et continue sa course en passant dans le dos du deuxième centre, qui arrive à hauteur du premier. Le milieu de terrain des Highlanders doit ainsi surveiller le porteur de balle (susceptible de défier directement après la croisée) et le deuxième centre, option d’ailleurs utilisée plusieurs fois au préalable.

C’est ici que l’effet de surprise joue à plein : plutôt que défier (comme c’est le cas dans 90 % des passes croisées) ou d’utiliser son partenaire à hauteur, Charlie Ngatai se sert de son deuxième centre en leurre pour alerter l’ouvreur dans son dos. Lequel, en continuant sa course après la croisée, s’est naturellement porté à l’extérieur du deuxième centre… Au final, Cruden a quelque part redoublé son premier centre… en passant devant lui !

Fixée par les courses rentrantes des centres et surprise par l’option finale choisie, la défense des Highlanders se retrouve aux abois, le deuxième centre ayant glissé tandis que le premier se heurte au leurre du deuxième centre des Chiefs (à la limite de la régularité sur le coup). N’empêche que l’intervalle avait été créé à la régulière, parfaitement utilisé par Cruden pour franchir.

Certains se rappellent peut-être que, l’an dernier, les Chiefs de Waikato s’amusaient à surprendre leurs adversaires par une défense des plus originales, en refusant d’aller au contact après un plaquage pour ne pas créer de mêlée spontanée, donc de ligne de hors-jeu, et se balader impunément dans le camp adverse. Une technique que ces derniers utilisent d’ailleurs toujours avec parcimonie, notamment après leurs coups de pied de renvoi, pour imposer immédiatement un stress à leurs adversaires et réinvestir rapidement le terrain…

À cette aune, s’ils sont considérés par beaucoup comme l’équipe la plus intelligente du monde dans le sillage de leur entraîneur Dave Rennie, les Chiefs ne faillissent pas à leur réputation depuis le début du Super Rugby. Mais c’est cette fois dans le jeu offensif que leur inventivité a été mise à contribution, par le biais d’un lancement de jeu qui sème la pagaille dans les défenses adverses depuis le début de la compétition, lequel rend à la passe croisée ses lettres de noblesse…

En effet, dans 90 % des cas, une passe croisée réalisée dans un lancement de jeu amène le porteur de balle, fort d’une course rentrante censée prendre à contre-pied les défenseurs, à défier directement le premier rideau. Les rares variantes existant de nos jours consistant, au mieux, à lâcher une courte passe à hauteur (sur l’ailier côté fermé à l’intérieur, ou le deuxième centre à l’extérieur) juste avant l’impact, afin de jouer un autre intervalle. L’idée demeurant toutefois de franchir par un jeu direct…

Deux options, un effet de surprise

Or, c’est précisément là que l’intelligence de Dave Rennie entre en jeu. Bien conscient que les possibilités offertes autour d’une passe croisée ne se limitent pas à jouer l’intervalle situé entre l’ouvreur et le centre, ou centre les deux centres, celui-ci a décidé d’impliquer le joueur logiquement le moins surveillé : l’ouvreur. En effet, que devient le demi d’ouverture, une fois sa passe croisée réalisée ? Dans 99,9 % des cas, celui-ci poursuit sa course sur l’extérieur, sans même imaginer retoucher le ballon. L’idée de Rennie consiste ainsi à se servir de cette course pour créer un surnombre sur l’extérieur… De fait, avant le contact, le premier centre qui a croisé dispose de deux choix : donner « classiquement » à hauteur à son deuxième centre, ou écarter la balle directement à l’ouvreur, en se servant du deuxième centre en leurre. Simple, mais il fallait y penser ! L’effet obtenu étant celui d’une passe redoublée, à la différence qu’en passant devant le joueur qu’il redouble, l’ouvreur n’est quasiment pas surveillé par la défense…

La meilleure preuve ? Elle réside évidemment sur le terrain, où les Chiefs usent et abusent de leur « croidoublée » depuis le début de la compétition, sans qu’aucune défense n’ait pour l’heure réussi à les empêcher de franchir au moins une fois dans un match. Si bien qu’il ne nous étonnerait pas qu’à l’heure des phases finales, nos équipes du Top 14 s’approprient ce lancement de jeu comme botte secrète. À suivre…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?