Un leadership en chiffres

  • Un leadership en chiffres
    Un leadership en chiffres
Publié le , mis à jour

Nettement en tête du Top 14, les Auvergnats ont posé un premier pied en demi-finale. Une perspective qui était tout sauf une évidence pendant l’hiver, après l’échec de la campagne européenne. Elle s’explique aussi par les statistiques collectives et individuelles des Clermontois.

Clermont est leader, vient de signer neuf victoires lors de ses dix dernières rencontres et, à moins qu’une des sept plaies d’Égypte s’exporte en Auvergne, disputera dans cinq semaines les demi-finales du Top 14. Surtout que le calendrier lui est favorable avec deux réceptions de clubs qui n’auront plus rien à jouer (Stade français et La Rochelle) lors des trois derniers matchs. Une forme de petit miracle quand, en janvier dernier, les formules de malaise et de crise sportive collaient plus facilement aux basques des Auvergnats que les compliments. Ce redressement, l’ASMCA le doit à ses individualités retrouvées (sorties de l’infirmerie ou de retour à leur niveau réel) mais aussi à la persévérance dans leur philosophie de jeu, tout juste pondérée quand le contexte l’impose (comme à Toulon, le 3 avril dernier). Vérification en chiffres.

La passe de plus

Quand un joueur de Clermont reçoit le ballon, sa première pensée va vers l’exécution d’une passe. Ce qu’il fait dans 52.71 % des cas, depuis le début de la saison en Top 14. Soit le ratio le plus élevé de Top 14. Autre solution, le jeu au pied n’est utilisé que dans 7.55 % des cas et le défi, ballon sous le bras, à 39,74 %. Cette philosophie débouche sur une autre vérité statistique : à Clermont, les quatre meilleurs marqueurs d’essais sont Strettle (9 toutes compétitions confondues), Nakaitaci (8), Raka (8) et Abendanon (5). Quatre joueurs servis sur les grandes largeurs.

Le grand 8 de la conquête

Tout le début de saison, les Auvergnats ont été la cible des critiques concernant leur rendement en conquête. Globalement moyenne en mêlée fermée, l’ASMCA était parfois médiocre en touche. Sauf que, depuis février, ces problèmes sont réglés. Et de quelle manière ! 80,9 % de réussite sur ses lancers en touche, sur les dix dernières rencontres, mais surtout 97,5 % des ballons gagnés sur propre introduction ! (bras cassé, pénalité ou ballon joué). La mêlée clermontoise est aujourd’hui en tête du secteur en Top 14. Une rampe de lancement précieuse.

Nakaitaci, le facteur X

Il a fallu refaire deux fois la statistique, pourtant véridique : le joueur le plus utilisé à Clermont, cette saison, est… Noa Nakaitaci, avec 1 516 minutes ! Et ce alors que le joueur, Mondialiste à l’automne dernier, n’a débuté sa saison clermontoise que le 31 octobre. « Il avait perdu confiance, après la Coupe du monde où tout le monde lui est tombé dessus. Il avait besoin qu’on l’aide. il avait besoin de temps de jeu pour recouvrer cette confiance » expliquait pendant l’hiver Franck Azéma, qui l’a titularisé depuis titularisé à dix-huit reprises (sur 22 matchs). Nakaitaci lui rend bien, avec 8 essais et 16 franchissements cumulés. Juste derrière lui, question temps de jeu, on trouve Alexandre Lapandry (1 514 minutes et 20 titularisations). En novembre, avant de prolonger son contrat en Auvergne, Lapandry assurait « avoir besoin de certitude sur mon temps de jeu ». Le voilà servi.

Parra, buteur de classe international

Toulonnais et Toulousains le crient sur tous les toits : avec un peu plus de réussite dans les tirs au but, ils compteraient entre 5 et 10 points de plus au classement. Clermont dispose de cet avantage et, en corrélation, d’un buteur de classe international. Depuis le début de la saison, Morgan Parra (buteur le plus utilisé) affiche un taux de réussite de 83,13 % toutes compétitions confondues (69 sur 83). Derrière, Camille Lopez pointe à 79.36 % (50 sur 63). Moins utilisé, Brock James est aussi en grande réussite face aux perches (94.12 %, 16 sur 17). Décisif dans les rencontres les plus serrées.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?